Dans le Grand Nord canadien, la troupe de théâtre francophone d’Iqaluit de retour sur les planches

La troupe de théâtre francophone d’Iqaluit remonte sur les planches, après un an et demi de préparation. (Matisse Harvey/Radio-Canada)
Retardés par la pandémie, les comédiens du Théâtre Uiviit, la troupe de théâtre francophone d’Iqaluit, s’apprêtent à remonter sur les planches du Franco-Centre, plus d’un an et demi après avoir commencé leurs premières répétitions.

« On se demandait : “Ça va-tu finir par arriver un jour?” », se souvient le résident d’Iqaluit André Beaupré.

Il est l’un des six acteurs de la pièce Un air de famille, d’Agnès Jaoui et de Jean-Pierre Bacri, reprise par la troupe du Théâtre Uiviit.

« L’année passée, on préparait la même pièce de théâtre. On se pratiquait, on était pratiquement prêt […] mais la COVID[-19] a tout interrompu. »André Beaupré, acteur

La troupe a commencé à répéter la pièce au cours de l’automne 2019, dans l’idée de la jouer devant le public francophone d’Iqaluit au printemps de 2020.

« Les acteurs ici ont travaillé très très fort [avec] des répétitions deux fois par semaine », assure le directeur du Théâtre Uiviit, Maurice Lamothe.

Le Théâtre Uiviit existe depuis une quinzaine d’années à Iqaluit. (Matisse Harvey/Radio-Canada)

En raison de la pandémie, il souligne que la dernière année a été ponctuée, entre autres, par des répétitions en visioconférences, une longue pause durant l’été, mais aussi par le départ de certains comédiens.

Initialement metteur en scène de la pièce, il n’a eu d’autres choix que de jouer l’un des personnages qui n’avait plus d’interprète.

« Un jour, quelqu’un a levé sa main et a dit : “Ah, tu ferais une bonne mère!” », raconte-t-il. « Finalement, me voilà dans une robe, prêt à jouer la mère… un type de rôle que je n’avais jamais vraiment envisagé. »

« Moi, je dis bravo aux acteurs pour avoir tenu le fort, d’avoir cru en la pièce. »Maurice Lamothe, directeur du Théâtre Uiviit

Si le Nunavut bénéficie d’une plus grande latitude que les provinces du sud du pays en matière de restrictions sanitaires, la troupe devra se restreindre à un public de 35 personnes.

Maurice Lamothe a dû jouer un rôle dans la pièce, après qu’un personnage se soit retrouvé sans comédien. (Matisse Harvey/Radio-Canada)

Les comédiens se réjouissent toutefois de pouvoir jouer devant un public.

« On a de la chance de vivre au Nunavut », assure Julie Vaddapalli, qui en est à sa quatrième pièce avec le Théâtre Uiviit.

« On comprend tout ce qu’il se passe à travers le monde, mais de pouvoir présenter [la pièce] ici et avoir des gens dans la salle, c’est un privilège et on le reconnaît », poursuit-elle.

La pièce raconte l’histoire de la famille Ménard, qui a l’habitude de se réunir chaque semaine dans un bistro français. Une nouvelle inattendue vient toutefois bouleverser leur réunion familiale.

« C’est une pièce qui plaît autant aux gens sérieux qu’aux gens qui aiment se divertir », décrit Maurice Lamothe.

« La pièce est assez intéressante parce qu’il y a un volet qui se veut comédie […] mais, en même temps, on va aussi jouer dans les émotions », complète André Beaupré.

La troupe de théâtre jouera vendredi et samedi soir au Franco-Centre.

Matisse Harvey, Radio-Canada

Matisse Harvey, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur l'Arctique canadien, visitez le site d'ICI Grand Nord.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *