Photo Credit: iStock

Le retour de l’éducation sexuelle au Québec… Sans sexologues?

Deux sexologues montréalaises bien en vue et qui animent une émission de radio dans une station communautaire de Montréal ajoutent leurs voix à celles d’enseignants qui dénoncent le projet pilote québécois du ministère québécois de l’Éducation qui vient d’être lancé dans plusieurs écoles de cette province.

Kim Brière-Charest, bachelière en sexologie et Edith Fanny Morin, réalisatrices et animatrices de l’émission Le Sexe a ses raisons à la radio CIBL remettent en question la pertinence de la nouvelle approche du ministère en matière d’éducation sexuelle qui propose d’enseigner la sexualité aux élèves du primaire et du secondaire sans l’expertise de sexologues.

Alors que le retour des cours d’éducation sexuelle fait consensus, selon elles, le ministère de l’Éducation projette de reléguer cette responsabilité au personnel scolaire en faisant littéralement abstraction des sexologues.

Aide-mémoire…
Le nouveau projet pilote québécois commençant cet automne ne prévoit pas de véritables cours d’éducation sexuelle, mais une formation offerte à travers différents cours déjà en place comme ceux de français lorsque l’occasion se présentera.

La formation sera offerte dans une quinzaine d’écoles, privées et publiques, francophones et anglophones, de milieu rural et urbain, de milieu favorisé et non favorisé dans différentes régions du Québec.

La sexualité sera enseignée de la maternelle à la cinquième année du secondaire, à raison de cinq heures par année au primaire et de 15 heures par année au secondaire, en 2015-2016 et 2016-2017.

Les écoles qui le désirent pourront cependant augmenter ce nombre d’heures.

Ce programme, dont bénéficieront 8200 élèves, devrait par la suite être intégré au curriculum des élèves dès 2017.

Kim Brière-Charest et Marie-Gabrielle Ménard
Kim Brière-Charest et Marie-Gabrielle Ménard © CIBL

Pas une tâche à prendre à la légère

Dans un communiqué, les sexologues Kim-Brière-Charest et Edith Fanny Morin expriment leur frustration : « l’éducation sexuelle n’est pas une « tâche » à prendre à la légère. Aujourd’hui, on souhaite mandater le personnel scolaire déjà surchargé pour animer ces cours. Ironiquement, le Québec est pionnier en sexologie. Non seulement nous détenons une des formations les plus complètes et convoitées au monde à l’Université du Québec à Montréal, mais nous disposons du premier et seul, à ce jour, Ordre professionnel des sexologues. Des sexologues formés au minimum trois ans pour aborder la sexualité humaine en intervention éducative et préventive. Trois ans. Et non une journée et demie avec 8 à 12 heures réparties en quatre visioconférences et quelques lectures par année. Une formule nettement insuffisante pour répondre adéquatement aux réalités vécues par les jeunes. »

Rappelons qu’en juin dernier, le corps professoral québécois a rejeté en masse le projet pilote tel que proposé par le gouvernement québécois, car plusieurs enseignants disent qu’ils seront confrontés au problème de devoir livrer ce contenu eux-mêmes, avec peu de marge de manœuvre alors que l’éducation sexuelle dépasse pour plusieurs d’entre eux leurs qualifications professionnelles.

ÉCOUTEZ NOTRE REPORTAGE : Parents québécois forcés d’accepter l’éducation sexuelle en classe

Sur le même thème…

Réforme de l’éducation sexuelle en Ontario : qu’attend le Québec? – RCI

Chauds débats autour de l’éducation sexuelle à l’école – RCI 

Éducation sexuelle : aucune exemption ne sera tolérée – Radio-Canada 

Mots-clés : , , , , , , , ,
Publié dans : Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Le retour de l’éducation sexuelle au Québec… Sans sexologues?»
  1. Denis Pouliot dit :

    Si les sexologues sont exclus de l’enseignement de cette «matière», comment pourra-t-on s’assurer que les croyances religieuses des enseignants n’auront pas des effets contradictoires et perturbateurs sur les comportements des jeunes? Je crains notamment une montée de l’homophobie dans les groupes ciblés.