Pas toujours facile de trouver un emploi

Pas toujours facile de trouver un emploi
Photo Credit: iStock

Discrimination à l’embauche des immigrants et des gens différents : le gouvernement teste le recrutement anonyme

Le gouvernement fédéral canadien veut découvrir si le fait de cacher les noms des personnes postulant pour des emplois dans la fonction publique améliorera ses pratiques d’embauche et favorisera la diversité et l’inclusion.

La nouvelle pratique consistera à retirer des formulaires de demande d’emploi les noms et autres informations permettant l’identification des candidats, comme l’adresse courriel et le pays d’origine, afin de combattre les préjugés à l’endroit des gens de différentes origines, notamment les nouveaux arrivants.

La méthode sera testée sur des offres d’emploi affichées à l’externe par six ministères fédéraux, dont ceux de la Défense nationale, des Affaires mondiales et de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté. Un rapport sera ensuite remis en octobre.

Selon le président du Conseil du Trésor, Scott Brison, le gouvernement croit que la fonction publique « doit refléter l’idée voulant que notre diversité soit notre force et doit être un modèle d’inclusion pour les employeurs au Canada et dans le monde ».  M. Brison précise que le projet-pilote vise à établir les meilleures pratiques avant de les mettre en oeuvre dans l’ensemble de la fonction publique, ce que le gouvernement souhaite faire avant la fin de son mandat.

Ce projet-pilote mis sur pieds par la Commission de la fonction publique comparera les résultats des processus de sélection traditionnels au recrutement anonyme.
Ce projet-pilote mis sur pieds par la Commission de la fonction publique comparera les résultats des processus de sélection traditionnels au recrutement anonyme. © iStockphoto

Le visage québécois de la discrimination à l’embauche

La discrimination à l'emploi est visible dans les dernières données de Statistiques Canada. Ainsi, dans la communauté magrébine, le taux de chômage est trois fois plus élevé que la moyenne.
La discrimination à l’emploi est visible dans les dernières données de Statistiques Canada. Ainsi, dans la communauté magrébine, le taux de chômage est trois fois plus élevé que la moyenne. © themacx

Les nouveaux arrivants, hommes ou femmes, dont beaucoup ont été acceptés dans le pays en raison de leurs compétences professionnelles, continuent à être victimes de discrimination sur le marché du travail québécois.

Une étude réalisée en 2012 par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse montre que les chercheurs d’emploi de la région de Montréal ont 60 % plus de chances d’être invités à un entretien d’embauche s’ils possèdent un patronyme franco-québécois plutôt qu’africain, arabe ou latino-américain. La Commission a utilisé le « testing », une méthode de mesure des discriminations utilisée en Amérique du Nord et en Europe depuis plusieurs décennies et qui consiste à envoyer des curriculum vitae fictifs aux employeurs.

Une autre étude l’automne dernier de l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS) révèle que les immigrants possèdent dans l’ensemble un niveau de scolarité plus élevé que les Canadiens d’origine. Pourtant, en 2012, les immigrants gagnaient moins bien leur vie que les natifs et connaissaient davantage le chômage.

Leur revenu représentait en moyenne 82,9 % de celui des personnes non immigrantes durant la période 1996-2013. Toutefois, les données compilées par l’IRIS montrent que le salaire d’une personne immigrante a tendance à augmenter avec les années pour se rapprocher de celui des natifs.

De 2006 à 2015, le taux de chômage s’est élevé à 5,8 % en moyenne pour la population née au Canada, contre 11,2 % pour les immigrants reçus.

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

Sur le même thème

Youcef est plus souvent chômeur que Joseph au Québec – RCI 

Discrimination envers des Canadiens au profit d’étrangers : Ottawa savait – RCI 

Le revenu moyen des Canadiens d’origine arabe est inférieur à la moyenne nationale – RCI 

Mots-clés : , , , , , , , , ,
Publié dans : Économie, Immigration et Réfugiés, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*