La reine Élisabeth II en 2013

La reine Élisabeth II en 2013
Photo Credit: Pool/Reuters

Combien coûte aux Canadiens et aux Québécois la couronne britannique?

Le lundi précédant le 25 mai de chaque année est un congé férié au Canada et, cette année, ce lundi, c’est aujourd’hui, le 22 mai.Les Canadiens ne célèbrent pas la évènnement historique. Si au Québec, on honore la révoltes des patriotes au 19e siècle contre les conquérants anglais, dans le reste du Canada, on célèbre la Reine d’Angleterre, donc la monarchie britannique.

Cette fête avait lieu traditionnelement le 24 mai, soit le jour même de naissance de la reine Victoria. Tout en marquant les anniversaires des monarques britanniques suivants, les Canadiens continuent de célébrer la « fête de la reine Victoria ».

La reine Victoria a connu le second plus long règne de l’histoire de l’Angleterre et, par extension, du Commonwealth britannique, 63 ans. C’est l’actuelle Elizabeth qui détient le record : (65 ans 3 mois et 14 jours).

Justin Trudeau, premier ministre du Canada, rencontre la reine Élisabeth II, en novembre 2015, au palais de Buckingham.
Justin Trudeau, premier ministre du Canada, rencontre la reine Élisabeth II, en novembre 2015, au palais de Buckingham. © PC/Yui Mok

Le prix de la fidélité à la Reine pour les contribuables canadiens

Périodiquement au Canada, les admirateurs comme les détracteurs du pouvoir royal débattent des coûts et de la pertinence sur notre pays du rôle joué par la Reine du Royaume-Uni et des autres royaumes du Commonwealth.

En 2010, alors que la reine entreprenait une visite au Canada, un sondage Harris-Decima révélait que 48 % des Canadiens jugeaient que la monarchie constituait dans les faits « une relique de notre passé colonial » qui n’a plus sa place au Canada.

Selon le même sondage, pas moins de 44 % des Canadiens – et 58 % des Québécois – approuveraient la tenue d’un référendum portant sur l’indépendance du Canada face à la monarchie…

Les Canadiens ne versent en vérité aucun impôt ou redevance à la reine Élisabeth II que ce soit pour ses revenus personnels ou pour l’entretien de ses résidences royales ici ou ailleurs.

Le seul moment où la reine utilise l’argent des citoyens canadiens c’est lorsqu’elle est en sol canadien – pour une visite officielle par exemple – ou lorsqu’elle agit à titre de reine du Canada à l’étranger.

Les Canadiens assument cependant les coûts liés aux institutions ou personnes qui représentent le pouvoir de la reine au Canada comme le Gouverneur général et les lieutenants gouverneurs dans chacune des provinces canadiennes.

Une étude indépendante a révélé que l’institution royale a coûtée aux Canadiens la somme de 49 millions de dollars en 2004 soit 1,54 $ par contribuable.

La Reine Elizabeth II et le prince Philippe le jour du couronnement (le 2 juin 1953)
La Reine Elizabeth II et le prince Philippe le jour du couronnement (le 2 juin 1953) © AFP/STF

Comment la couronne d’Angleterre règne-t-elle sur le Canada, mais sans le gouverner?

Pourquoi une reine d’Angleterre dirige-t-elle encore les destinées démocratiques d’un pays comme le Canada?

Cette semaine, nous répondons à La bonne question d’un internaute en République dominicaine qui veut savoir pourquoi sur papier, dans la constitution de notre pays, c’est la reine d’Angleterre et non le premier ministre du Canada qui est la personne qui détient le pouvoir absolu.

C’est en écoutant il y a quelques années un reportage sur notre pays que Monsieur Najib Marcel Asloui a donc pris connaissance du rôle de la Reine d’Angleterre dans les affaires canadiennes. Il considère qu’il s’agit d’une bien curieuse et délicate situation pour un pays comme le Canada qui se vante d’être l’un des pays les plus démocratiques au monde.

Écoutez

Aide-mémoire…
La reine Élisabeth II est aussi la souveraine officielle de quinze autres royaumes ou pays membres du Commonwealth.
– Elle est également monarque en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Jamaïque, en Barbade, aux Bahamas, en Grenade, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, aux Îles Salomon, à Tuvalu, à Sainte-Lucie, à Saint-Vincent-et-les-Grenadines, à Antigua-et-Barbuda, au Belize et à Saint-Christophe-et-Niévès.
– Tous les matins, sauf le jour de Noël, la reine passe plusieurs heures dans son cabinet à prendre connaissance des rapports, des notes confidentielles et parfois de projets de loi émanant de tous ces pays dont elle est la reine.
– Depuis le début de son règne, Élisabeth II a effectué plus de 300 visites officielles dans 130 pays différents.
– Parmi ses destinations favorites figurent logiquement les pays du Commonwealth : le Canada (24 voyages), l’Australie (16 déplacements), la Nouvelle-Zélande (dix visites) ou la Jamaïque (six fois).

Signature de la Constitution canadienne par la reine Elizabeth II à Ottawa, le 17 avril 1982, en présence du premier ministre Pierre Trudeau
Signature de la Constitution canadienne par la reine Elizabeth II à Ottawa, le 17 avril 1982, en présence du premier ministre Pierre Trudeau, père de l’actuel premier ministre Justin Trudeau. © PC/Stf-Ron Poling

Sur le même thème

Canada/Commonwealth : au-delà de l’allégeance à la reine – RCI

Une journée, deux fêtes: la Reine et les Patriotes à l’honneur – RCI

La rébellion des patriotes de 1837 au Village québécois d’antan – RCI

Mots-clés : , , , , , , , , ,
Publié dans : International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*