Le 19e Forum mondial sur la nutrition des enfants s'attarde aux façons de mettre en oeuvre des programmes dans les écoles. Photo : iStock

Le 19e Forum mondial sur la nutrition des enfants s'attarde aux façons de mettre en oeuvre des programmes dans les écoles. Photo : iStock

Montréal est l’hôte du 19e Forum mondial de la nutrition des enfants

Share

Le Forum mondial de la nutrition des enfants s’est ouvert dimanche, à Montréal, et il se tient en sol canadien pour la première fois de son histoire.

L’événement est organisé par le Global Child Nutrition Foundation et le Centre d’excellence contre la faim du Programme alimentaire mondial des Nations unies. La mission de l’événement est d’aider les gouvernements du monde à bâtir des programmes alimentaires destinés aux écoles.

La Global Child Nutrition Foundation est un réseau mondial qui rassemble gouvernements, entreprises et organisations civiles pour prendre en charge des programmes de repas scolaires nourrissants afin de permettre l’épanouissement des enfants et des communautés à travers le monde.

Depuis 1998, GCNF réunit les dirigeants de pays du monde entier lors du Forum mondial de la nutrition des enfants pour cinq jours de formation intensive, d’assistance technique et de planification, visant à soutenir les gouvernements et les organisations dans l’élaboration de programmes scolaires d’alimentation durables.

Au cours de cinq prochains jours, plus de 400 acteurs du milieu provenant de 50 pays se réunissent. Les participants sont issus des sphères politique, humanitaire, communautaire et institutionnelle. Photo : iStock

Au cours de cinq prochains jours, plus de 400 acteurs du milieu provenant de 50 pays se réunissent. Les participants sont issus des sphères politique, humanitaire, communautaire et institutionnelle. Photo : iStock

Un club qui fait école

Le Club des petits déjeuners du Canada agit à titre d’organisme d’accueil de ce forum mondial, en collaboration avec la Ville de Montréal.

En 23 ans d’existence, cet organisme presque entièrement soutenu par le privé est devenu une référence au pays.

Parler de malnutrition au Canada à des pays africains? Cela peut paraître comme « un grand choc » pour plusieurs « dans un pays du G7 qui devrait être protégé de ces situations », a convenu le président et fondateur de l’organisme, Daniel Germain, en entrevue à Radio-Canada.

Près de 200 000 enfants peuvent bien déjeuner avant d’entrer en classe chaque jour et 200 programmes accompagnent les communautés autochtones. Lorsque le Club s’installe dans une école, les visites en matinée chez l’infirmière disparaissent et l’agressivité baisse dans la cour, selon M. Gernain.

Aide-mémoire…
Depuis une vingtaine d’années, le Club des petits déjeuners s’est donné comme mission de nourrir le potentiel des enfants en veillant à ce que le plus grand nombre possible ait accès à un petit déjeuner nutritif et à un environnement favorisant leur estime de soi avant le début des classes.
Aujourd’hui, le Club des petits déjeuners est présent partout au Canada et contribue à nourrir plus de 160 000 enfants dans plus de 1400 écoles.
Lisez la suite…

De jeunes ambassadeurs du Club des petits déjeuners Photo Credit: club des petits déjeuners.

De jeunes ambassadeurs du Club des petits déjeuners
Photo Credit: club des petits déjeuners.

Les jeunes Canadiens eux-mêmes s’alimentent mal à l’école

Selon une enquête pancanadienne publiée le mois dernier, les enfants au Canada s’alimentent mal à l’école, mais la situation est moins mauvaise au Québec qu’ailleurs au pays.

Des chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique ont notamment constaté que les petits Canadiens ne consomment pas suffisamment de fruits, de légumes et de produits laitiers pendant qu’ils sont à l’école, ce qui les empêche ensuite d’atteindre le nombre de portions recommandées quotidiennement.

Les chercheurs ont mis au point une échelle qui permet de mesurer la qualité de l’alimentation à l’école, et sur laquelle on peut obtenir un maximum de 100 points.

La moyenne pour les enfants canadiens était de 53,4, ce qui montre qu’ils peuvent faire mieux.

Les enfants consomment environ le tiers de leurs calories totales à l’école, Mais leur consommation de produits laitiers et des éléments nutritifs contenus dans le lait, comme le calcium et la vitamine D, est plus faible pendant les heures d’école que pendant le reste de la journée.

En revanche, la consommation de produits malsains comme les boissons sucrées, les gâteries salées et les bonbons était relativement élevée pendant les heures scolaires.

Le saviez-vous?
L’interdiction de la malbouffe dans les cafétérias scolaires entraîne des effets positifs sur la santé des élèves, conclut une étude toute récente de l’Université du Nouveau-Brunswick.
 Le chercheur Philip Leonard a étudié les dossiers de quelque 153 000 jeunes, dont plus de 22 000 qui fréquentent des écoles où la malbouffe est interdite.
 M. Leonard a constaté que les élèves qui n’ont pas consommé de malbouffe à l’école pendant au moins cinq ans pesaient en moyenne près de 1 kg (2 livres) de moins que les élèves qui ont eu accès à ce type de nourriture.
 Même si la différence de poids en moyenne peut paraître faible, ajoute le chercheur, elle démontre que la politique d’interdiction de la malbouffe à l’école est un pas dans la bonne direction pour contrer l’obésité chez les jeunes.

La vente de malbouffe est interdite depuis cette année dans les cafétérias scolaires au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse et à l'Île-du-Prince-Édouard. Photo : Radio-Canada

La vente de malbouffe est interdite depuis cette année dans les cafétérias scolaires au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse et à l’Île-du-Prince-Édouard. Photo : Radio-Canada

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

En complément

Les enfants devraient consommer moins de 25 grammes de sucres ajoutés par jour – RCI

Un « super pois » chiche contre la malnutrition des enfants RCI

Le club africain des petits déjeuners – cinq ans à bout de bras et de passion – RCI

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*