Photo : iStockphoto

Photo : iStockphoto

Le sirop d’érable québécois, roi de nos forêts, en déclin?

Share

Après avoir atteint un sommet de 82 % en 2003, la part du marché mondial des acériculteurs québécois s’est effritée au fil du temps, s’établissant à 72 % en 2017, selon l’Institut économique de Montréal (IEDM)

À la cabane du Pic Bois, au Québec, la famille Pollender fabrique le sirop d'érable dans la plus grande tradition. Affairé autour de son évaporateur, André Pollender, le propriétaire de la cabane. Photo : Radio-Canada

À la cabane du Pic Bois, au Québec, la famille Pollender fabrique le sirop d’érable dans la plus grande tradition. Affairé autour de son évaporateur, André Pollender, le propriétaire de la cabane. Photo : Radio-Canada

L’institut exige une fois de plus un relâchement du monopole de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec (FPAQ) sur la vente de certains produits du sirop d’érable.

Alors que la part de marché des producteurs américains sur les étagères canadiennes ne cesse d’augmenter depuis près de 20 ans, l’institut constate que la FPAQ nage pour sa part dans des surplus invendus.

Sans prôner un démantèlement complet du système en place de mise en marché, l’IEDM affirme que des correctifs importants doivent être apportés, puisque le modèle actuel est « extrêmement contraignant » pour les 7300 entreprises acéricoles québécoises obligées de faire affaire avec la Fédération si elles veulent écouler leurs produits. L’IEDM plaide donc pour une réforme des règles en vigueur en brossant une série de constats jugés inquiétants.

Mettre fin au cartel du sirop d’érable : sucrée de bonne idée?

Florent Gagné - Radio-Canada

Florent Gagné – Radio-Canada

Selon un rapport gouvernemental québécois publié il y a deux ans, le rapport Gagné, le remède contre la perte des parts de marchés des Québécois aux mains notamment des Américains dans le très lucratif commerce du sirop d’érable serait de casser le cartel mis en place depuis des années par la puissante Fédération des producteurs acéricoles du Québec (FPAQ).

L’auteur du rapport, Florent Gagné, y affirmait que l’industrie acéricole du Québec, qui a déjà représenté 80 % du marché mondial, est maintenant rendue à 70 %. Et, elle perdra une autre part de 10 % au profit des Américains, d’ici quelques années.

Le rapport Gagné qui comportait 21 recommandations pour la croissance de cette industrie s’adressait notamment au ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation pour qu’il change complètement les règles du jeu.

On peut lire dans ce rapport : « Le système actuel a produit de grandes choses, mais pour poursuivre son évolution, il doit s’ajuster aux changements que commande un monde qui est lui-même en évolution rapide. »

Les propositions sont restées lettre morte.

Les chiffres d’une industrie en décroissance selon l’IEDM

Photo : iStockphoto

Photo : iStockphoto

Si depuis le début des années 2000, la production de sirop du Québec a progressé de 60 %, cela représente la pire performance à l’échelle nord-américaine. L’État américain du Vermont a affiché une hausse fulgurante de 254 % durant la même période, suivi du Nouveau-Brunswick, 179 %, ainsi que du Maine,131 %.

Depuis 18 ans, le nombre d’entailles exploitées dans la province n’a grimpé que de 17 %, alors qu’au sud de la frontière, la hausse est de 89 %.

Selon l’analyste en politiques publiques de l’IEDM et auteur de la note, Alexandre Moreau, le moment crucial est survenu au début des années 2000, quand la Fédération est devenue l’agent exclusif pour la vente en vrac. De plus, le système de contingents attribuant des quotas de production en 2004 n’a rien fait pour aider, estime-t-il.

« Il y a des frais de mise en marché et énormément de contraintes, affirme M. Moreau. Sans abolir la Fédération, qui offre certains services qui plaisent aux acériculteurs, il faut penser à des réformes et leur retirer leur monopole. »

Voici la réponse de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec au communiqué publié hier à l’Institut économique de Montréal avec son porte-parole Pierre Rhéaume.

Recommandé pour vous :
Cassez la croûte à la cabane à sucre comme dans le bon vieux temps 

Radio-Canada

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

En complément

Rapport Gagné – les acériculteurs ont raison d’être inquiets – Union des producteurs agricoles 

Le Fort Knox du sirop d’érable québécois – RCI 

Croustilles à saveur de sirop d’érable pas au goût des acériculteurs – RCI 

Share
Mots-clés : , , ,
Publié dans : Économie, International

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*