Le public dans une salle de cinéma en Amérique du Nord (Crédit photo Reuters/Julia Robinson)

Le cinéma francophone a-t-il un avenir en terre d’Amérique?

Share

Malgré la domination des studios hollywoodiens, le cinéma francophone réussit bon an mal an à faire sa place dans le paysage du septième art. Chaque année, plusieurs films en provenance de la France, de la Belgique ou d’Afrique se retrouvent à l’affiche de nos salles de cinéma. Le Canada et le Québec aussi se font remarquer dans les festivals internationaux. Mais qu’en est-il de son avenir? On en parle avec Guilhem Caillard, cinéphile convaincu et directeur général de Cinemania.

Le festival Cinemania, c’est la vitrine du Cinéma francophone au Québec, tous genre et style confondus. Jeudi soir, l’événement s’ouvre pour une 24e édition avec la projection de 63 films en provenance de 13 pays.

« C’est un rendez-vous cinématographique profondément ancré et axé sur la francophonie, déclare Guilhem Caillard en entrevue. Il permet la circulation des talents dans le monde francophone et les échanges artistiques que cela peut entraîner. »

« Cinemania, c’est le point d’ancrage du cinéma d’expression francophone depuis 24 ans à Montréal, ajoute-t-il. Nous sommes aussi un festival qui montre beaucoup de coproductions. Le Québec joue d’ailleurs un rôle très fort dans la coproduction que ce soit avec la France, la Belgique ou la Suisse. »

Écoutez l’entrevue avec Guilhem Caillard (10 minutes et 42 secondes) :

Écoutez

Au fil des années, le cinéma francophone se porte bien, croit le directeur. « D’abord d’un point de vue de l’engouement qui existe autour du cinéma francophone. Depuis quatre et cinq ans, le festival Cinemania enregistre des records de fréquentation. Pour preuve, il y a un tel engouement de la part du public que pour cette édition nous avons dû nous étendre avec de nouveaux lieux de diffusions pour satisfaire notre programmation. »

Il reste que le cinéma francophone fait face à de véritables défis, concède M. Caillard. « Pour continuer à nous affirmer dans les salles de cinéma et sur les plateformes web, il est crucial que les acteurs importants de l’industrie au Québec unissent leurs forces pour faire briller la francophonie et susciter chez les plus jeunes un intérêt pour le cinéma d’expression francophone. »

Les films à l’affiche du festival Cinemania (Crédit photo : Cinemania/Site internet)

Pour le directeur, la francophonie représente une forme de diversité et de multiculturalisme comme une autre option au cinéma hollywoodien. « Elle défend des valeurs extraordinaires. Elle n’est pas un bloc uniforme, mais au contraire, elle représente beaucoup de pays avec des langues et des cultures francophones diverses. Par conséquent, parler du cinéma francophone, c’est défendre l’ouverture et la découverte à un moment où l’on en a franchement besoin, en particulier en Amérique du Nord. »

Le cinéma francophone doit être défendu et c’est pourquoi le directeur appelle le milieu à redoubler d’efforts. « C’est en partie le rôle des festivals, ajoute Guilhem Caillard. Je pense qu’il est aujourd’hui devenu primordial que les festivals puissent continuer d’exister, à se développer et à se renforcer, car nous œuvrons tous pour le rayonnement de la francophonie. Il faut aussi développer le goût du cinéma au public, en particulier auprès des jeunes. »

24 invités pour une 24e édition

Le festival Cinemania 2018 déroule son tapis rouge aux vedettes internationales du cinéma francophone. De France, Édouard Baer, Mathieu Kassovitz, Laurent Lafitte, Élodie Bouchez ou Gilles Lelouche seront en ville durant le festival. Le Belge Olivier Goumert sera aussi de passage. L’acteur prolifique est d’ailleurs l’invité d’honneur de cette 24e édition. La Franco-Suisse Ursula Maier accompagnera son dernier long-métrage, Journal de ma tête, qui met en scène l’actrice Fanny Ardant. Les personnalités québécoises seront également bien représentées avec les présences remarquées de Monia Chokri et de Sophie Desmarais.

La 24e édition du festival Cinemania se déroule à Montréal du 1er au 11 novembre 2018.

Lire aussi :

Des festivals canadiens pressent Ottawa d’agir

Le Festival du monde arabe de Montréal : au-delà des a priori

Le Festival international du film de Toronto déroule son tapis rouge au cinéma canadien

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Arts et spectacles, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*