Photo : CBC

Les conducteurs canadiens bientôt sous le coup du dépistage obligatoire de l’alcool au volant

Share

La ministre canadienne de la Justice, Jody Wilson-Raybould, et le ministre de la Sécurité frontalière et de la Réduction du crime organisé, Bill Blair, ont tenu une conférence de presse mardi pour rappeler aux Canadiens que dans deux semaines, ils seront assujettis à un contrôle obligatoire de l’alcool s’ils sont arrêtés par la police.

Photo : CBC

À l’heure actuelle, seulement un policier qui a des motifs de croire qu’un conducteur a trop bu peut exiger un échantillon d’haleine. Il doit avoir des « motifs raisonnables » de soupçonner la perte de facultés, soit l’odeur d’alcool dans l’haleine ou une difficulté d’élocution, par exemple.

Mais à partir du 18 décembre, un policier pourra exiger un échantillon d’haleine de tout conducteur qu’il aura interpellé pour une infraction même mineure au code de la sécurité routière.

Or, la ministre Wilson-Raybould estime que jusqu’à 50 % des conducteurs en état d’ébriété ne sont pas détectés lors des contrôles routiers.

Une approche controversée qui épinglera beaucoup plus de contrevenants

Jody Wilson-Raybould Photo : La Presse canadienne

« Pendant que vous célébrez le temps des Fêtes, soyez responsable et donnez l’exemple, dit la ministre de la Justice. Si vous prenez le volant en état d’ébriété, vous serez pris. »

Jody Wilson-Raybould a cependant admis mardi que cette nouvelle approche sera « vraisemblablement » contestée devant les tribunaux, en raison du risque de dérapage possible sur le plan du profilage racial ou de la violation des droits individuels. Mais elle est convaincue que cette stratégie est conforme à la Charte canadienne des droits et libertés.

« L’intention est de sauver des vies. C’est un objectif incroyablement justifiable », a affirmé la ministre de la Justice.

Bill Blair. Photo : La Presse Canadienne

Le ministre de la Réduction du crime organisé, Bill Blair, ajoute pour sa part que si une interception policière est motivée par du profilage ou un préjugé, elle sera déclarée illégale et contraire à la Charte, et par conséquent inadmissible en preuve devant les tribunaux.

Le ministre Blair, un ancien chef de police de Toronto, soutient que les conducteurs ont fini par se rendre compte qu’ils pouvaient déjouer les contrôles aléatoires, en niant qu’ils avaient bu ou en dissimulant leur haleine.

Privés de soupçon raisonnable, les policiers n’ont alors plus de motif légal pour exiger un alcootest. Avec les nouvelles dispositions, la probabilité qu’une personne se fasse prendre « va augmenter de manière exponentielle », a estimé le ministre Blair.

Le saviez-vous?
Le dépistage obligatoire de l’alcool est en vigueur dans plus de 40 pays, dont la France, l’Australie, l’Allemagne, l’Irlande et la Suède.

Un pas important pour le Canada

Gregg Thomson. Photo CBC

Gregg Thomson, de Mothers Against Drunk Driving (MADD Canada), s’attend à ce que la loi ait un effet dissuasif et réduise de 20 % la conduite avec les facultés affaiblies. Cela permettrait d’éviter 200 morts et 12 000 blessés graves par an, a-t-il dit.

« C’est le pas le plus important que j’ai vu franchi dans ce pays, et c’est un saut. C’est un énorme, énorme, énorme, saut. »

Stan, son fils de 18 ans, a été tué dans un accident survenu à l’extérieur de Perth (Ontario) en juin 1999, dans un camion conduit par un adolescent aux facultés affaiblies. Quatre autres adolescents sont morts dans l’accident.

Découvrez les effets du cannabis sur la conduite

Photo : Radio-Canada

RCI avec CBC News, La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

La distraction au volant entraîne un cortège de morts toujours plus important – RCI 

Repousser l’âge pour boire de l’alcool pour freiner les accidents? – RCI 

Toute première contravention au pays pour conduite avec facultés affaiblies au cannabis une heure après la légalisation – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*