(Twitter)

Des trolls étrangers nourrissent sur Twitter la polémique sur les immigrants et les pipelines au Canada

Share

Alors que les États-Unis, le Royaume-Uni et divers pays européens continuent d’être victimes de fausses nouvelles, d’origine russe notamment, sur des plateformes comme Facebook et Twitter, une analyse par CBC News de 9,6 millions de tweets publiés à partir de comptes maintenant supprimés révèle l’existence de véritables campagnes à l’étranger pour influencer l’opinion des Canadiens.

Ces comptes de trolls, qui ont depuis été supprimés par Twitter, sont soupçonnés d’être originaires de Russie, d’Iran et du Venezuela.

Le tracé du projet de pipeline Keystone XL de TransCanada

Environ 21 600 tweets publiés par ces comptes de trolls visaient directement l’opinion des Canadiens. Ils contenaient des messages critiques à l’égard des divers projets de pipelines au Canada et des politiques du pays en matière d’immigration et de réfugiés.

Beaucoup de ces tweets ont été publiés le 24 janvier 2017, lorsque le président américain Donald Trump a signé un décret donnant le feu vert aux projets entourant les pipelines Keystone XL et Dakota Access aux États-Unis. Les messages mentionnant ces pipelines ont été retweetés quelque 9420 fois au Canada et aux États-Unis.

L’an dernier, CBC/Radio-Canada avait déjà signalé que des trolls russes semblaient essayer de semer la division parmi les Canadiens en tweetant des déclarations provocatrices sur des questions brûlantes comme les réfugiés et l’immigration. La nouvelle analyse de CBC montre maintenant l’existence d’une campagne continue en provenance de divers pays.

Soupçons autour de l’Iran

Les tweets iraniens semblent particulièrement s’intéresser au débat dans la société canadienne sur les pipelines.

Sami Aoun (Radio-Canada)

Selon l’universitaire et spécialiste du Moyen-Orient Sami Aoun, l’Iran a un intérêt stratégique à ce que les projets de pipelines canadiens et américains échouent. Le régime a également l’habitude d’utiliser Internet pour diffuser de la propagande, a-t-il ajouté.

« Les Iraniens essaient de court-circuiter les sanctions américaines en vendant leur pétrole en Asie. Pour conserver un certain avantage en Chine et en Inde, ils pourraient essayer d’empêcher le Canada de développer des pipelines qui pourraient lui donner un meilleur accès à ces marchés », a déclaré M. Aoun, directeur de l’Observatoire du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord de l’Université du Québec à Montréal.

Twitter a suspendu 2617 comptes qui provenaient de l’Iran, mais il ne les a pas liés formellement au gouvernement iranien.

4000 fausses identités et 9000 messages trompeurs

(Matt Rourke/Associated Press)

L’an dernier, un rapport du comité de la Chambre des représentants aux États-Unis indiquait qu’une usine à trolls établie à Saint-Pétersbourg, en Russie, avait tenté de réorienter l’opinion publique américaine en utilisant plus de 4000 comptes et en publiant plus de 9000 messages sur Facebook, Twitter et Instagram à propos des oléoducs et de la fracturation du sol, dont un certain nombre non précisé au sujet du projet de pipeline canado-américain Keystone XL.

Selon une analyse postélectorale du site BuzzFeed News, les 20 histoires fausses les plus populaires avaient engendré presque 2 millions de partages, réactions et commentaires de plus que 20 des sites conventionnels les plus importants comme le New York Times, Fox News et CNN.

Dans une autre analyse, La Presse canadienne avait repéré pour sa part des dizaines de messages se prononçant contre le projet Keystone dans un ensemble de fichiers fourni par Twitter au comité de la Chambre des représentants.

Le pourcentage de ces messages au sujet du Canada était très faible. Ainsi, sur plus de 203 000 messages remis par Twitter au Congrès, moins de 150 mentionnaient le premier ministre canadien Justin Trudeau ou Keystone XL.

Certains messages se contentaient de rediriger des titres de journaux, des références à des fuites de pétrole ou de rédiger un lien menant vers des articles de blogue. Des messages concernaient M. Trudeau. La plupart d’entre eux étaient des messages redirigeant les opinions du premier ministre sur les réfugiés, les musulmans et Fidel Castro.

En prévision des élections fédérales canadiennes d’octobre prochain

Le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, avec la ministre des Institutions démocratiques, Karina Gould, et le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan. Photo : The Canadian Press / Sean Kilpatrick

La ministre canadienne des Institutions démocratiques, Karina Gould, le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Ralph Goodale, et le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan, ont annoncé, le 30 janvier dernier, des mesures de surveillance des médias sociaux pour protéger la démocratie canadienne et pour lutter contre l’ingérence étrangère.

Parmi les mesures phares adoptées par Ottawa en vue du scrutin en octobre figure la mise en place d’une équipe de hauts fonctionnaires chargée d’informer le gouvernement dans les plus brefs délais de toute tentative d’ingérence étrangère « posant une menace grave à la tenue d’une élection libre et juste ».

Ottawa a aussi sommé les responsables de ces réseaux de s’attaquer aux fausses nouvelles sur leurs plateformes qui, selon le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, peuvent être utilisées pour « calomnier faussement des élus » ou encore « attiser l’anxiété de la population autour d’enjeux sensibles ».

Une des solutions consisterait à ce que les géants du numérique conservent un registre de ceux qui sont derrière les publicités de nature politique.

LISEZ AUSSI : Élections Canada se prépare à lutter contre l’influence étrangère sur le vote de 2019...

Vladimir Poutine dans un bureau de vote au moment de sa réélection en 2018 Photo AFP

RCI avec les informations de Roberto Rocha et Jeff Yates de CBC News et la contribution de Radio-Canada

En complément

Des experts suggèrent au Canada des mesures pour minimiser l’ingérence électorale, notamment étrangère – RCI 

Facebook : le lanceur d’alerte travaillait pour le Parti libéral du Canada – RCI 

Les fausses nouvelles des trolls russes visaient aussi Justin Trudeau et notre pétrole – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans : Immigration et Réfugiés, International, Internet et technologies, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*