La chef de la police de Barrie, Kimberley Greenwood Photo: Radio-Canada / CBC News

Des policiers canadiens libèrent 43 Mexicains amenés au Canada par de présumés trafiquants d’êtres humains

Share

La police de la province de l’Ontario vient de révéler en conférence de presse qu’elle a dû intervenir pour libérer 43 ressortissants mexicains réduits à l’état d’« esclaves » dans des hôtels, où ils étaient forcés de travailler presque gratuitement.

Deux responsables d’une société de nettoyage qui travaillaient avec des établissements hôteliers dans la région de Barrie (au nord de Toronto) font maintenant l’objet d’une enquête policière, mais ils n’ont pas été arrêtés. La police recherche d’autres suspects et des inculpations pourraient être annoncées dans les prochains jours. Ces victimes mexicaines ont travaillé à Collingwood, Innisfil, Oro-Medonte et Cornwall.

Ce sont des hommes pour la plupart qui avaient été infiltrés Canada par des trafiquants qui, en échange d’une importante somme d’argent, leur promettaient de pouvoir étudier ou d’obtenir des visas de travail et à terme un statut de résident permanent.

Une fois sur place, ils étaient logés dans des « conditions sordides » dans des villes du centre et de l’est de la province, et forcés de travailler comme hommes ou femmes de ménage dans des hôtels de la région. Leur salaire était contrôlé par leurs employeurs, qui leur laissaient parfois pas plus de 33 $ chaque mois pour vivre.

À l’issue d’une enquête qui a mobilisé 250 policiers, ces travailleurs mexicains ont pu retrouver la liberté la semaine dernière.

« Hier, je me suis couché en esclave. Ce matin, je me réveille en homme libre », a dit l’une des victimes, rapporte Rick Barnum, sous-commissaire de la Police provinciale de l’Ontario.

Tous ont été libérés mardi dernier à la suite d’une enquête conjointe à laquelle ont participé la PPO, le Service de police de Barrie et l’Agence des services frontaliers du Canada.

Voici un exemple des logements dans lesquels certains Mexicains ont vécu. (Police provinciale de l’Ontario)

En conférence de presse

Rick Barnum, sous-commissaire de la Police provinciale de l’Ontario (CBC)

« Le trafic d’êtres humains est une forme moderne d’esclavage, a expliqué à la presse le sous-commissaire. L’exploitation est l’élément clé de cette infraction. »

«Il est impensable que cela ait pu se passer dans notre communauté», a ajouté la responsable de la police de Barrie, Kimberley Greenwood.

La chef de la police de Barrie, Kimberley Greenwood Photo: Radio-Canada / CBC News

Les Mexicains secourus ne sont pas des criminels, mais bien des victimes

Après que les victimes eurent été secourues, elles se sont rendues à un centre de services aux victimes de la région de Barrie, où on leur a offert des douches chaudes, de la nourriture et des vêtements. Et on leur a donné des évaluations médicales. Des interprètes ont été mis à disposition, dit-elle.

Les autorités policières ajoutent que tous ces travailleurs sont maintenant considérés comme se trouvant au Canada légalement. Depuis qu’ils ont été secourus, on leur a offert un emploi et un hébergement dans un centre de villégiature de la région de Barrie.

La Police provinciale de l’Ontario refuse de nommer les hôtels et les résidences de vacances où les hommes travaillaient ainsi que l’entreprise de nettoyage qui pourrait être au centre de ce trafic humain.

RCI avec l’Agence France-Presse et les informations de Muriel Draaisma de CBC News

LISEZ AUSSI :Travailleurs étrangers très recherchés au Canada, mais souvent exploités...


LA PRESSE CANADIENNE, GRAHAM HUGHES

En complément

43 travailleurs étrangers libérés de conditions de travail inhumaines – Radio-Canada 

Des touristes mexicains délaisseraient les États-Unis au profit du Canada – RCI 

Police in Ontario free 43 Mexicans brought to Canada by alleged human traffickers – CBC News 

Share
Catégories : Économie, Immigration et Réfugiés, International, Société
Mots-clés : , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Des policiers canadiens libèrent 43 Mexicains amenés au Canada par de présumés trafiquants d’êtres humains»
  1. Avatar Serge dit :

    250 policiers pour résoudre ce problème. Plus de 5 fois plus de policiers que de victimes. Combien de criminels?
    Ça semble démontrer une incroyable inefficacité policière. La mafia et les autres crimes organisés peuvent bien rigoler.