Photo : Itsock

Pour répondre à vos questions, des fonctionnaires fédéraux cèdent leur voix à l’intelligence artificielle

Share

Le gouvernement canadien promet que les fonctionnaires ne seront pas complètement écartés du processus offrant des réponses aux citoyens sur les prestations et les services.

On veillera à ce que les décisions prises par des machines soient justes, équitables et cohérentes, affirme-t-on.

Cela dit, le ministère qui supervise le filet de sécurité sociale fédéral va déjà de l’avant et a discrètement commencé à tester divers systèmes d’intelligence artificielle d’aide aux citoyens.

On apprend dans des documents obtenus par La Presse canadienne en vertu des lois sur l’accès à l’information que le ministère d’Emploi et Développement social Canada a déjà en place une petite équipe qui teste des outils intelligents.

Ils ont pour objectif de simplifier la navigation dans l’un des plus grands organismes de services au pays, en matière de gestion des prestations de retraites publiques, de l’assurance-emploi, des prestations familiales et des régimes d’invalidité.

Les hauts et les bas de l’automation intelligente

On souhaite en arriver, à court terme, à ce que les citoyens interagissent directement avec des robots informatiques plutôt qu’avec des humains, notamment lors de discussions en ligne pour obtenir des informations sur des programmes gouvernementaux.

Une première ébauche de la stratégie d’intelligence artificielle du ministère laisse entendre cependant que les risques associés aux agents conversationnels incluent : « fournir des informations incorrectes aux Canadiens », « produire un contenu incohérent » ou « reproduire un comportement indésirable ».

Dans le déploiement de ses services intelligents, les documents indiquent que le ministère doit gérer les risques juridiques, les questions éthiques et les problèmes logistiques, sans parler de la perception du public.

En avant toute, mais sans la ministre responsable

La ministre au moment de sa démission (Adrian Wyld/Canadian Press)

Dans une allocution, lundi matin – quelques heures avant sa démission du cabinet – lors d’une conférence de fonctionnaires, la présidente du Conseil du Trésor, Jane Philpott, a affirmé que l’ère de l’intelligence artificielle était bel et bien amorcée.

« Quand les gens vont en ligne et font leurs achats de Noël, l’intelligence artificielle influence leur manière de faire leurs achats de Noël, a-t-elle souligné. Au gouvernement, nous voulons nous assurer de tirer parti des mêmes types d’outils pour fournir de bons services aux personnes, mais nous devons être extrêmement transparents dans la manière de procéder. »

Selon elle, le potentiel d’amélioration des services fédéraux est illimité, mais cela pose également des problèmes d’éthique et de responsabilité pour le gouvernement.

Des inquiétudes déjà vues

En septembre dernier, un rapport indépendant, mené par le Citizen Lab de l’Université de Toronto, mettait en garde le gouvernement canadien dans son utilisation d’une nouvelle génération de logiciels intelligents pour filtrer et traiter les dossiers de personnes qui font des demandes pour immigrer au Canada.

Le Citizen Lab estimait que les risques de dérapages aux conséquences très graves naîtraient d’une utilisation insensible ou abusive en plus de mener à de la discrimination, à l’atteinte à la vie privée et aux droits de la personne des candidats à l’immigration.

Ces nouveaux outils dits intelligents pourraient, disait-on, entraîner des « conséquences mortelles » pour les immigrants et les réfugiés.

Pétra Molnar du Citizen Lab – Photo : Université de Toronto

« Nous savons que le gouvernement expérimente l’utilisation de ces technologies […] mais il est clair que sans garanties et mécanismes de surveillance appropriés, utiliser l’IA pour déterminer l’immigration et le statut de réfugié est très risqué », expliquait Pétra Molnar, l’une des auteures du rapport.

« L’IA n’est pas neutre. C’est un peu comme une recette. Et si votre recette est biaisée, la décision prise par l’algorithme est également biaisée et difficile à contester », poursuivait-elle.

LISEZ LA SUITE : Utiliser l’intelligence artificielle en immigration au Canada pourrait avoir de graves conséquences humaines

L’utilisation de l’intelligence artificielle dans le domaine de l’immigration est-elle dangereuse? Photo : Radio-Canada

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

L’intelligence artificielle dans les entreprises canadiennes et québécoises tourne au ralenti – RCI 

Montréal confirmée comme cerveau mondial de l’intelligence artificielle et profonde – RCI 

Un Américain à la tête du laboratoire montréalais de Microsoft sur l’intelligence artificielle – RCI 

Ottawa injecte 230 miĺlions $ pour une supergrappe en intelligence artificielle – RCI 

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Immigration et Réfugiés, Internet et technologies, Santé

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*