À la découverte des richesses musicales des baleines boréales

Share
Une baleine boréale dans le détroit de Fram, situé entre le Groenland et l’archipel du Svalbard. (Kit Kovacs/Institut polaire norvégien/Reuters)
Des enregistreurs audio sous-marins réalisés par des biologistes norvégiens et américains ont permis d’établir que les baleines boréales (également connues sous le nom de baleines du Groenland) émettent jusqu’à 184 chants acoustiquement distincts sous la glace hivernale de l’océan Arctique.

Pratiquement tous les mammifères communiquent à l’aide de sons, mais peu d’espèces produisent des chants complexes. Les biologistes savent que deux espèces de baleines à fanons émettent des sons qui varient d’une année à l’autre.

Toutefois, seul le rorqual à bosse (Megaptera novaeangliae) avait fait l’objet de recherches poussées à ce jour.

La présente étude réalisée par des scientifiques de l’Institut polaire de Norvège et de l’Université de Washington s’est intéressée au chant de la population de baleines boréales (Balaena mysticetus) du Spitzberg, l’une des quatre populations existantes. Elle a permis d’établir que ses membres ont produit 184 types de chants différents sur une période de trois ans.

Ces sons ont été enregistrés dans le détroit de Fram qui sépare le Groenland et l’archipel du Svalbard dans la mer du Groenland.

Ces vocalisations ont été détectées 24 heures sur 24 pendant la majeure partie de l’hiver.

L’alphabet de la baleine boréale doit bien avoir des milliers de lettres, d’après nos observations. Kate Stafford, Université de Washington
Multiculturalisme version cétacés

Ces types de chant ont été enregistrés sur des périodes qui ont duré au plus quelques mois. Cette grande diversité des chants pourrait être le résultat de l’expansion de la population ou à l’immigration d’autres individus provenant d’autres populations qui sont de moins en moins isolées les unes des autres par la glace, qui se fait plus rare et moins épaisse depuis les dernières décennies.

Cette explication ne tient cependant pas compte des changements des types de chansons à l’intérieur d’une saison ou dans l’espace d’une année.

D’autres explications de cette grande diversité musicale comprennent une faible pression pour la reconnaissance entre individus ou encore une pression plus forte pour la nouveauté dans une petite population.

Pour écouter le chant des baleines rendu disponible par l’Université de Washington :

Une grande variété de mélodies
Les chansons des baleines à bosse ressemblent à de la musique classique. Très ordonnées, elles peuvent durer de 20 à 30 minutes. Une chanson de la baleine boréale ne dure que 45 secondes à 2 minutes, mais elles la répètent encore et encore. Kate Stafford, Université de Washington

Le catalogue de chansons des baleines boréales du Spitzberg contient une grande variété de mélodies, mais certaines sont plus populaires que d’autres et restent plus longtemps en tête des palmarès.

Certaines chansons des baleines boréales sont tout simplement bizarres.

« Parfois, cela ressemble à une fête d’animaux dans une grange », dit Kit Kovacs

« D’autres fois, c’est presque une mélodie extraterrestre », ajoute-t-il.

Il est impossible de lier une chanson à une baleine en particulier, si bien que l’on ne sait pas si les baleines remplacent les vieilles chansons par des nouvelles ou si certains individus cessent simplement de chanter pendant un certain temps. Kit Kovacs, Institut polaire norvégien
Une petite population

En raison de sa rareté, la population de l’Atlantique Nord n’est pas facile à étudier. Il ne resterait qu’environ 300 individus dans les eaux glaciales autour de l’archipel de Svalbard en Norvège.

Le saviez-vous?
La population de baleines boréales de l’océan Atlantique est protégée par la Commission baleinière internationale depuis 1973. Leur population globale serait actuellement en augmentation, avec plus de 10 000 individus au total, mais la population de l’Atlantique Nord (océan Atlantique – est du Groenland dont l’île de Spitzberg au nord de la Norvège) est en danger d’extinction, principalement en raison de la pêche intensive dont elle est l’objet depuis aussi longtemps que les années 1600. Les trois autres populations se trouvent dans la baie d’Hudson et dans le bassin de Foxe, dans le détroit de Davis et dans la baie de Baffin, et dans les mers de Béring, des Tchouktches et de Beaufort.

Les baleines boréales se développent lentement et atteignent la maturité sexuelle vers l’âge de 25 ans. Les femelles grandissent plus rapidement que les mâles et mettent bas environ une fois tous les trois ans durant la migration printanière.

La gestation dure entre 12 et 16 mois. L’espérance de vie se situe entre 50 et 75 ans, certains individus atteignant même les 100 ans.

Les mâles mesurent de 14 à 17 m, les femelles de 16 à 18 m. Elle pèse de 75 à 100 tonnes, ce qui en fait le deuxième plus gros animal après la baleine bleue.

Le détail de cette étude est publié dans les Biology letters (en anglais).

Share
Alain Labelle, Radio-Canada

Alain Labelle, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *