L'ombudsman des services correctionnels du Canada,Howard Sapers, a souvent critiqué les décisions du précédent gouvernement conservateur de Stephen Harper.

L'ombudsman des services correctionnels du Canada,Howard Sapers, a souvent critiqué les décisions du précédent gouvernement conservateur de Stephen Harper.
Photo Credit: PC / Sean Kilpatrick/CP

Des existences carcérales noircies par un État canadien punitif?

Share

L’ombudsman des services correctionnels du Canada demande au nouveau gouvernement libéral canadien de renouveler son mandat, car il y aurait selon lui beaucoup à faire pour défaire l’approche punitive de l’ex-gouvernement Harper.

Rappelons que l’ex-premier ministre Stephen Harper disaient s’inquiéter de la sécurité de la population et qu’il a employé la méthode forte à l’endroit de la population carcérale, en augmentant la sévérité des peines, en diminuant les services offerts aux prisonniers et empilant les barrières à l’accès aux libérations conditionnelles.

L’ombudsman des services correctionnels du Canada,Howard Sapers, qui a souvent critiqué ces décisions, a déclaré en entrevue à la CBC que plusieurs politiques conservatrices ont été implantées ad hoc, entraînant une situation chaotique dans le système carcéral : « c’est comme si quelqu’un avait fait exploser une importante partie du système correctionnel et que nous attendions encore que toutes les pièces soient retombées au sol. J’espère que nous aurons du temps pour avoir un portrait d’ensemble avant d’introduire de nouvelles mesures pour remettre de l’ordre dans le système », a-t-il conclu.

L’ombudsman avait produit un rapport en juin qui n’a pas été publié en raison des élections. Dans ce rapport, Howard Sapers souligne les problèmes de surpopulation, de manque de soins en santé mentale, de traitement discriminatoire et d’absence de ressources financières.

Écoutez
Au Canada, il y a 43 établissements correctionnels fédéraux. En décembre 2014, la population carcérale moyenne était de 14 885 au Canada.
Au Canada, il y a 43 établissements correctionnels fédéraux. En décembre 2014, la population carcérale moyenne était de 14 885 au Canada. © ICI Radio-Canada

Mais que se passe-t-il donc dans nos prisons?

L’an dernier, deux organismes de défense des droits de la personne décidaient de poursuivre le gouvernement fédéral pour contester l’isolement imposé à certains prisonniers suite à la publication d’un rapport du Bureau de l’enquêteur correctionnel sur cette pratique.

Avec une population carcérale comprenant un peu plus de 14 500 détenus, le Service correctionnel du Canada a placé 8300 détenus en isolement préventif au cours du dernier exercice (2014-2015).

De plus, l’isolement n’est pas uniforme : certains groupes incarcérés sont plus affectés que d’autres, notamment les femmes atteintes d’un problème de santé mentale, les Autochtones et les Noirs.

DÉCOUVREZ :
Noirs et Autochtones surreprésentés dans les prisons canadiennes – RCI

 Agence France-Presse (photo) John Moore/Getty Images

Agence France-Presse (photo) John Moore/Getty Images

Avec la contribution d’Alain Gravel, Francis Plourde et Sandra Gagnon de Radio-Canada

Sur le même thème…

L’ombudsman des services correctionnels veut rester en poste – Radio-Canada 

Plus de supervision des services correctionnels aux Autochtones, dit l’ombudsman – Radio-Canada 

Le Canada devra faire plus pour ses détenus à l’étranger selon Mohamed Fahmy – RCI 

Share
Catégories : Politique, Santé, Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Des existences carcérales noircies par un État canadien punitif?»
  1. Avatar GILLES TALBOT dit :

    Dans les droits DES personnes ont oublie le DROIT de La personne. Nos prisons Fédéral sont des institutions du crime. Le crime qui nous est le plus dispendieux est causé par les Stupéfiants et en tète de liste LE POT en est le champion et le leader. NOS PRISONS PROVINCIAL NE SONT PAS ASSÉ SEVERE ET PUNITIVE .Notre 1er Ministre Fédéral a comme excuse de modifier les règles comme si c’étais de sont devoir. Une excuse de c’être fait prendre a consommer Nous n’avons qu’appliquer aux maximum les lois et règlements déjà en place et faisons de nos Prisons provincial, de 24 mois, une Prison PUNITIVE pour toute les offensants de crime quelque soit le Crime. Une VRAIS prison la ou ont ne veux pas retourner. Une prison des années 50 sans TV téléphone journaux et tv avec cachots pour les non convaincu qu’ils sont punis. Les privé du service d’avocats et sphycoloques sans autorisations des juges qui l’auront condamnée . Parents et Amis ne sont pas admis point final RÉDUCTION de temps interné pour bonne conduite, déterminé par un comité composé de Gardiens.
    Parents et Grand PARENTS ainsi que certain commerçants serais reconnaissants toute en épargnants des sommes phénoménal.
    C’est ce que nos ÉLUES ont l’obligation de faire et de recommandé a leurs CHEFS . Nous les avons élues qu’ils en prennent conscience, C’est de leurs devoirs et obligations qu’ils ont acceptées de prendre lors de leurs demande de nous représenter .
    Ceux qui sont d’accord ce fassent connaître a toute leurs entourages. C’est l’affaire de tous et a toi qui me lis .