« Le chat, dit Bernard Arcand, se comporte comme s’il connaissait quelque chose que nous ne savons pas. »

« Le chat, dit Bernard Arcand, se comporte comme s’il connaissait quelque chose que nous ne savons pas. »
Photo Credit: IS / iStock

Les vétérinaires canadiens resserrent les crocs contre le dégriffage des chats

Share

L’Association canadienne des médecins vétérinaires (ACMV) vient d’apposer sa griffe sur un communiqué qui renforce son opposition au dégriffage des pattes avant des chats, faisant valoir qu’une telle pratique cause une grande souffrance inutile.

L’ACMV révise ainsi son énoncé de position sur l’onychectomie, ou dégriffage, des félidés domestiques, qui avait d’abord été publié en 2011.

Cette position, qui a été envoyée aux 7000 membres de l’ACMV partout au Canada, condamne cette pratique «inacceptable» qualifiée d’«amputation partielle des doigts des félidés domestiques».

Une pratique populaire au Canada

De nombreux propriétaires de chats ont recours au dégriffage pour éviter que leurs animaux de compagnie n’endommagent leurs meubles ou blessent d’autres animaux ou des personnes qui se trouvent en présence du félin.
De nombreux propriétaires de chats ont recours au dégriffage pour éviter que leurs animaux de compagnie n’endommagent leurs meubles ou blessent d’autres animaux ou des personnes qui se trouvent en présence du félin. ©  iStock

Ceux qui se portent à la défense de cette pratique estiment que celle-ci n’est pas mauvaise, pourvu qu’elle soit faite pendant que le chat est anesthésié.

Dans un communiqué publié mercredi, le président de l’ACMV, le docteur Troy Bourque, affirme cependant qu’il est «évident que les félidés souffrent inutilement lorsqu’ils subissent cette chirurgie non urgente».

L’Association des vétérinaires souligne par ailleurs que le dégriffage «n’offre aucun avantage aux félidés».

Elle reconnaît toutefois qu’en l’absence de données scientifiques, il demeure difficile de prévoir les possibles effets nocifs de l’opération sur le comportement et la physiologie des chats à long terme.

L’ACMV juge cependant que le dégriffage revient à amputer une partie des os des pattes du chat. L’ACMV espère pouvoir sensibiliser le public et éventuellement réduire la demande de dégriffage de chats.

Ailleurs dans le monde…
Le mouvement d’opposition au dégriffage gagne de l’ampleur autour du monde.
La pratique est maintenant interdite au Royaume-Uni, en Europe, en Australie et dans plusieurs villes de la Californie.
L’État du New Jersey envisage par ailleurs d’adopter une loi bannissant le dégriffage à moins que l’opération soit jugée médicalement nécessaire par un vétérinaire.

Des vétérinaires durcissent le ton face au dégriffage des chats
Des vétérinaires durcissent le ton face au dégriffage des chats © Courtoisie: Hayley Toniello

Témoignage d’une vétérinaire

La vétérinaire Sherlyn Spooner, de la Clinique vétérinaire des chats située dans la région de Montréal, qui a collaboré à élaborer la politique de l’organisation en la matière, compare le dégriffage à une amputation du bout des doigts d’une personne jusqu’à sa première jointure.

Le dégriffage est une pratique moins courante qu’auparavant, a-t-elle dit, ajoutant du même souffle que la demande existe toujours et que des vétérinaires acceptent d’offrir de tels services. Si les gens étaient conscients de la douleur causée par la chirurgie avant et après, ils n’opteraient pas pour le dégriffage, a-t-elle fait valoir.

«J’ai vu des chatons parfaitement magnifiques être dégriffés et devenir agressifs», a-t-elle affirmé en entrevue depuis Pointe-Claire.

La politique adoptée par l’ACMV invite également les intervenants à proposer des solutions de rechange au dégriffage, comme le recours à des aérosols pour éviter que le chat ne fasse ses griffes sur les fauteuils.

Devinez? :
Le chien ou le chat : quel est l’animal domestique préféré des Canadiens?

RCI avec La Presse canadienne

Sur le même thème

Achat d’animaux pour Pâques dénoncé au nom de la prévention de la cruauté – RCI 

Première campagne majeure pour le contrôle de la population de chats errants à Toronto  RCI

Le dégriffage – à lire absolument avant de faire dégriffer un chat – Educhaton 

Share
Catégories : Environnement, Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Un commentaire pour «Les vétérinaires canadiens resserrent les crocs contre le dégriffage des chats»
1 Pings/Trackbacks pour "Les vétérinaires canadiens resserrent les crocs contre le dégriffage des chats"
  1. […] Les vétérinaires canadiens resserrent les crocs contre le dégriffage des chats […]