La ministre Jody Wilson-Raybould assure qu’elle demeure pleinement engagée à mettre fin à la tragédie qui touche les communautés autochtones.

La ministre Jody Wilson-Raybould assure qu’elle demeure pleinement engagée à mettre fin à la tragédie qui touche les communautés autochtones.
Photo Credit: PC

Au tour du père de la ministre de la Justice de critiquer l’enquête nationale sur les femmes autochtones

Le drame des femmes et des filles autochtones canadiennes violentées et assassinées prend une couleur très personnelle pour la ministre fédérale de la Justice, Jody Wilson-Raybould, dont le père vient de qualifier l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées de « farce énorme ».

 Bill Wilson
Bill Wilson © Facebook

Dans un message sur Facebook, Bill Wilson, un chef héréditaire autochtone, affirme qu’il est temps que les commissaires de l’enquête démissionnent. Il estime qu’ils ont « échoué misérablement ».

M. Wilson est loin d’être le premier à critiquer depuis quelque temps le déroulement cette enquête nationale. Des proches des victimes et des militants autochtones se sont montrés de plus en plus mécontents face à la lenteur des travaux et ce qu’ils estiment être un manque de communication.

Considérant le statut de chef autochtone de M. Wilson et ses liens avec la ministre responsable de l’enquête, ses critiques pèsent lourd dans la balance. Le chef s’est notamment rendu célèbre dans les années 1980 pour avoir été à couteaux tirés avec le père de l’actuel premier ministre, l’ancien premier ministre Pierre Elliott Trudeau.

Bill Wilson et Pierre Trudeau
Bill Wilson et Pierre Trudeau © CBC

Réaction de la fille de Bill Wilson

La ministre Wilson-Raybould a assuré mercredi qu’elle demeurait pleinement engagée à mettre fin à la tragédie qui touche les communautés autochtones. Réagissant par communiqué, elle a dit respecter le point de vue de son père, ajoutant que celui-ci s’exprimait en son propre nom.

« Nous n’avons pas parlé de l’enquête », a-t-elle spécifié.

La semaine dernière, la commissaire en chef Marion Buller a tenu une conférence de presse à Vancouver pour répondre aux critiques à l’endroit du processus qu’elle chapeaute. Elle a plaidé pour une plus grande communication, comme les audiences publiques doivent s’ouvrir à Whitehorse la semaine prochaine.

Le gouvernement libéral a alloué un budget de 53,8 millions de dollars à l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, qui doit durer deux ans.

Repères…
600 femmes portées disparues ou assassinées
Selon l’Assemblée des Premières Nations, quelque 600 femmes autochtones ont été portées disparues ou assassinées au cours des deux dernières décennies.
L’Assemblée et d’autres groupes revendiquent depuis 2012 une commission d’enquête nationale à ce sujet, ce qu’Ottawa a toujours refusé.
Un rapport de 2009 de Statistique Canada révélait que les femmes autochtones sont trois fois plus susceptibles que les femmes non autochtones à déclarer être victimes de violence.
Elles sont aussi surreprésentées à titre de victimes d’homicides.

Des femmes autochtones assassinées ou disparues.Photo Credit: CBC
Des femmes autochtones assassinées ou disparues.Photo Credit: CBC

RCI avec La Presse canadienne

Sur le même thème

L’ Enquête sur les femmes autochtones assassinées ou disparues lancée – RCI 

Le Canada fera enquête sur le sort des femmes autochtones assassinées – RCI 

Pressions de l’ONU dans l’affaire des disparitions de femmes autochtones – RCI 

Femmes autochtones : L’Organisation des États américains appuie la tenue d’une enquête – RCI 

Catégories : Autochtones, Politique
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*