Seuls 103 des 101 280 soldats, policiers et observateurs militaires sous le commandement de l’ONU provenaient du Canada en date du 30 juin 2016. Photo Credit: Reuters/Afolabi Sotunde

Seuls 103 des 101 280 soldats, policiers et observateurs militaires sous le commandement de l’ONU provenaient du Canada en date du 30 juin 2016. Photo Credit: Reuters/Afolabi Sotunde

Militaires canadiens au Mali : le Canada annonce l’envoi d’un grand nombre de soldates

Share

La ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland et le ministre de la Défense Harjit Sajjan doivent confirmer lundi les grandes lignes d’une intervention canadienne de Casques bleus au Mali, un projet qui est dans les cartes depuis près de deux ans.

Chrystia Freeland et le ministre de la Défense Harjit Sajjan

Chrystia Freeland et le ministre de la Défense Harjit Sajjan

Le contingent de 200 à 250 militaires déployés par le Canada au Mali comptera un grand nombre de femmes, le gouvernement Trudeau voulant montrer que le pays peut donner l’exemple dans le domaine de l’égalité des sexes et des rôles.

Six hélicoptères devraient être déployés dans le cadre de cette opération de maintien de la paix qui sera dirigée par les Nations unies (ONU). La mission de nos soldats sera de fournir du soutien logistique et d’évacuer les blessés et les malades.

Lors d’un sommet sur les Casques bleus qui se déroulait à Vancouver en novembre dernier, le premier ministre Justin Trudeau avait annoncé que le Canada pourrait fournir un contingent de 200 soldats ainsi que des avions et des hélicoptères de combat pour les opérations de maintien de la paix de l’ONU. Mais il n’avait pas précisé le pays ciblé pour cette contribution.

Le premier ministre Justin Trudeau lors de son annonce au sommet de Vancouver © La Presse canadienne/DARRYL DYCK

Le premier ministre Justin Trudeau lors de son annonce au sommet de Vancouver © La Presse canadienne/DARRYL DYCK

Le saviez-vous?
Les libéraux de Justin Trudeau ont promis d’accroître l’implication du Canada dans les missions de maintien de la paix.
Les plus récentes statistiques des Nations unies montrent pourtant que notre pays met à la disposition de la planète son plus petit nombre de Casques bleus de mémoire récente, y compris durant la période de désengagement internationale du gouvernement conservateur canadien de Stephen Harper de 2006 à 2015.

Des casques bleus déployés en République démocratique du Congo. Photo Credit: UN Photo/Sylvain Liechti

Des casques bleus déployés en République démocratique du Congo.
Photo Credit : UN Photo/Sylvain Liechti

L’idée d’une mission de Casques bleus au Mali se prépare depuis longtemps

En septembre 2016, une mission diplomatique du Canada s’était rendue au Mali pour enquêter sur le travail des Casques bleus.

Cette « mission de reconnaissance » avait uniquement pour objectif, selon Ottawa, d’observer les pratiques de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), créée en avril 2013 pour appuyer le processus politique et rétablir la sécurité dans le pays.

En 2016, les Nations unies avaient demandé au Canada de contribuer à la MINUSMA en envoyant des hélicoptères.

En novembre dernier, en plus du Mali, le Canada semblait étudier aussi l’idée de fournir une force d’intervention rapide dans le plateau du Golan – entre Israël et la Syrie -, et à aider la mission policière de l’ONU en Haïti.

Recommandez pour vous:
Plus de Casques bleus canadiens contre un siège au conseil de sécurité de l’ONU : mauvaise idée?

Le Conseil de sécurité de l’ONU © AFP/EMMANUEL DUNAND

Le Conseil de sécurité de l’ONU © AFP/EMMANUEL DUNAND

RCI avec La Presse canadienne

En complément

Le Canada offre 200 soldats à l’ONU pour le maintien de la paix – RCI

Deuxième voyage en Afrique du ministre de la Défense dans le cadre des opérations de paix – RCI

Le Canada et les missions de paix: les besoins sont évidents au Mali selon la ministre Marie-Claire Bibeau – RCI

Share
Catégories : International, Politique
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*