Photo : iStockphoto/Mark Deibert

Nous sommes préoccupés par la contamination de nos aliments, mais aux responsables de s’en occuper

Bien que les consommateurs canadiens soient préoccupés par des aliments mal conservés ou par leur contamination, ils éprouvent du mal à concevoir leur responsabilité à ce chapitre.

Selon une étude sur la sensibilité des Canadiens face aux rappels alimentaires, réalisée par l’Université Dalhousie en Nouvelle-Écosse, lorsqu’on demande aux consommateurs de nommer trois personnes ou organisations qui ont la plus grande responsabilité pour garantir la salubrité des aliments, seulement 17,9 % identifient les consommateurs. Ils arrivent au 8e rang sur les huit choix qui leur sont proposés.

Pourtant, selon les auteurs du rapport, les statistiques montrent que plusieurs des problèmes de salubrité alimentaire, en fait, sont générés à la maison.

Aux yeux des Canadiens, le premier responsable est l’Agence canadienne d’inspection des aliments (89 %), puis les producteurs d’aliments (50,5 %), le ministère Santé Canada (45,9 %). Suivent les détaillants d’alimentation, le ministère d’Agriculture Canada, les gouvernements provinciaux et les producteurs agricoles.

Les consommateurs ne saisissent pas également toute l’ampleur du danger. Il y a eu 155 rappels d’aliments au Canada en 2017. Pourtant, l’enquête de l’Université Dalhousie montre que la majorité des Canadiens (61,4 %) croit qu’il y en a eu moins de 50.

Le saviez-vous?
Salubrité des aliments: le Canada en tête du classement de 17 pays
– Dans une étude internationale réalisée en 2014, le Canada obtenait la meilleure note en matière de salubrité des aliments parmi 17 pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).
– Pour établir leur classement, l’organisme de recherche du Conference Board du Canada et l’Institut alimentaire de l’Université de Guelph en Ontario s’étaient penchés sur 10 indicateurs de qualité.
– Dans le top 10, on trouvait les pays suivants : Canada, Irlande, France, Royaume-Uni, Norvège, États-Unis, Japon, Pays-Bas, Finlande et Danemark.

La confiance règne dans l’ensemble

Une forte proportion de Canadiens, soit 90,2 %, ont dans l’ensemble confiance dans les autorités de la santé pour veiller à la salubrité des aliments.

Plus de 71 % sont fortement ou plutôt d’accord avec l’énoncé : « quand j’entends parler de rappels d’aliments, j’ai confiance, car cela signifie que le système de réglementation fonctionne ».

Environ 68 % se sont également d’accord avec l’énoncé : « les organismes de réglementation en matière de salubrité des aliments mettent tout en oeuvre pour protéger les Canadiens contre tout problème de salubrité alimentaire ».

Interrogées sur leurs sources d’information quant aux rappels d’aliments au cours des deux dernières années, les personnes interrogées affichent une dépendance énorme envers les médias et non aux avis envoyés directement par exemple par courriel par les autorités responsables.

L’enquête a été réalisée auprès de 1049 Canadiens adultes, en mars dernier. Sa marge d’erreur est de 3,1 %, 19 fois sur 20.

Recommandé pour vous :
Pas toujours fraîche cette viande dans des épiceries canadiennes 

Une enquête réalisée à l’aide de caméras cachées par Radio-Canada révèle les pratiques dérangeantes de certains bouchers. Photo : Radio-Canada

Une enquête réalisée à l’aide de caméras cachées par Radio-Canada révèle les pratiques dérangeantes de certains bouchers. Photo : Radio-Canada

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

En complément

Rappel de guimauves vendues par Ikea pour cause d’infestation de souris – RCI 

L’insécurité alimentaire touche toujours une partie de la population – RCI 

De la poudre de grillons dans votre panier d’épicerie? – RCI 

Catégories : Économie, International, Santé
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.