À l'usine, dans les hôpitaux de campagne ou dans l'armée, le rôle des femmes durant la Seconde Guerre mondiale est déterminant. Le 18 avril 1944, le ministre de la Défense J.L. Ralston est catégorique : « Nous vivons la période la plus cruciale, la plus décisive de la guerre, et ce sera de ces filles, de ces femmes qui s'enrôlent dans l'armée que viendra peut-être, quant au Canada, l'impulsion décisive qui nous mènera à la victoire. » Photo : archives Radio-Canada

Souvenirs de guerre au Québec

Share

Même si les Canadiens reconnaissent la valeur et le courage de leurs anciens combattants, ils valorisent moins leurs exploits que la population américaine dans son ensemble. Les Québécois encore moins que les Canadiens.

Parade du Royal Montreal Regiment le jour de l’armistice en 1918. Photo: auteur inconnu

Les Québécois semblent avoir perdu le souvenir de leur participation aux guerres du XXe siècle et y ont substitué la mémoire de leur résistance à la conscription.

La réputation de pacifistes qu’aiment se donner encore aujourd’hui beaucoup de Québécois découle des histoires transmises de génération en génération concernant des émeutes qui ont suivi au Québec la conscription lors des deux guerres mondiales, en 1917 et en 1942.

Défilé contre la conscription au square Victoria à Montréal, 24 mai 1917   Photo : Bibliothèque et Archives Canada/Fonds du ministère du secrétariat d’État du Canada.

Faudrait-il réécrire quelques vieux livres d’histoire du Québec?

Contrairement à ce que préfèrent raconter plusieurs livres d’histoire du Québec, pour diverses raisons, des milliers de Canadiens français/Québécois avaient en fait manifesté un très grand enthousiasme à l’endroit de l’effort de guerre du pays.

C’est ainsi que s’est perdue dans la mémoire collective l’importance réelle de ce qu’a été notre passé, non seulement lorsque nous nous sommes portés à la défense de l’Europe, mais aussi dans la construction au XXe siècle d’un Québec moderne.

Écoutez les souvenirs militaires moins connus que nous avons retrouvés pour vous…

Après une série de batailles acharnées, les Canadiens s'emparent finalement de Falaise le 16 août 1944 (Bibliothèque et Archives Canada)

Jean-Francois Nadeau ©Radio-Canada /Camille Lavoie

Beaucoup de Québécois se plaisent à dire depuis longtemps qu’ils appartiennent à une société pacifiste. Mais « il ne faudrait pas se tromper sur la place du militaire, de l’importance que ça a pu avoir dans une société comme la nôtre, à Montréal particulièrement », mentionne l’historien Jean-François Nadeau, qui est directeur adjoint de l’information au quotidien Le Devoir.

Caroline D’Amours, chercheuse en histoire militaire canadienne, fait remarquer que le Québec a connu un essor économique inouï durant la Seconde Guerre mondiale.

Caroline D’Amours – Boston University

Selon elle, l’effort de guerre a permis aux industries de la ville de Montréal de connaître un véritable boom. La population a augmenté de près de 20 % durant cette période, notamment en raison de la présence des militaires.

En 1943 et en 1944, deux conférences politiques d’envergure internationale ont vu Winston Churchill, Franklin D. Roosevelt et Mackenzie King converger vers la ville de Québec pour discuter de stratégie militaire.

Ces rencontres ont donné une renommée mondiale à Québec et elles ont dopé son secteur touristique.

Deuxième Conférence de Québec, en septembre 1944, on y voit Winston Churchill, Franklin Delano Roosevelt et William Lyon Mackenzie King donner une conférence de presse. Photo : Getty Images

Célébrations de la victoire des Alliés dans la rue Sainte-Catherine à Montréal, 7 mai 1945 – Photo : Archives de Montréal

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Jacques Beauchamps de Radio-Canada

En complément

Le Canada rehausse politiquement le profil militaire de son histoire – RCI 

Les militaires anglais ont-ils tenté de mettre le feu à toute la Ville de Québec? – RCI 

Quatre soldats canadiens de la Grande Guerre inhumés 101 ans après leur mort – RCI 

Share
Catégories : Non classé
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*