Photo : Université Dalhousie

« Blackface » : au tour du nouveau président d’une université à Halifax d’être éclaboussé par la controverse

Share

Des professeurs de droit à l’Université Dalhousie, dans l’est du Canada, demandent à la direction de leur établissement de confirmer clairement que la pratique du blackface (se recouvrir le visage de couleur noir) viole le code de conduite des étudiants et la politique de harcèlement sur le campus.

Dans une lettre adressée mardi à la doyenne de cette université d’Halifax, 28 professeurs de la faculté de droit se disent préoccupés par les déclarations du nouveau président par intérim, Peter MacKinnon, concernant le blackface.

Cette controverse éclate dans une province qui est le lieu de résidence d’une des plus anciennes communautés noires du Canada constituée à l’origine par d’ex-esclaves noirs qui avaient fui l’oppression aux États-Unis à partir de la fin des années 1700 et jusqu’en 1860.

Le nouveau président affirme qu’il n’est pas raciste

Dans un livre récent, M. MacKinnon faisait référence à des soirées costumées où des étudiants blancs se peinturaient le visage en noir. Il affirmait que cette pratique du blackface était «souvent, mais pas toujours, considérée comme raciste». M. MacKinnon laisse entendre dans son livre que certaines réactions récentes aux États-Unis concernant cette pratique ont été « disproportionnées » et qu’il ne s’agissait finalement que de « fêtes d’Halloween ».

« Je ne cautionne pas le blackface, a assuré M. MacKinnon au sénat de l’université la semaine dernière. Je regrette toute interprétation contraire et le bouleversement qu’elle a pu soulever. »

M. MacKinnon indique que tous ceux qui liront le livre verront qu’il n’appuie pas ou n’approuve pas le visage noir. (Presse canadienne)

« Je comprends qu’une partie de ce que j’ai écrit a causé une certaine détresse chez certains élèves. Je le regrette. J’ai écrit un livre sur des sujets contemporains et litigieux et il était inévitable qu’il soit reçu avec des divergences d’opinion », a-t-il déclaré dans une interview téléphonique à CBC News.

« J’ai été intéressé par certaines des questions entourant les costumes d’Halloween et les réactions à ces costumes. Les réponses à ces questions varient beaucoup, allant d’une dénonciation sévère à peut-être une réponse qui dirait : « Oui, l’impact compte, mais l’intention, le contexte et la proportionnalité comptent aussi. » »

Aide-mémoire...Le cas du gouverneur démocrate qui refuse de démissionner....
Ralph Northam, le gouverneur démocrate de l’État de Virginie refuse de démissionner depuis la publication d’une photo datant des années 1980 qui montre une personne en robe du Ku Klux Klan et une autre au visage noir.
Northam a d’abord reconnu qu’il était l’une des personnes représentées dans cette photo, s’est excusé vendredi dernier, puis il a affirmé 24 heures plus tard que ce n’était pas lui sur la photo, tout en admettant qu’il avait déjà porté le visage noir, lorsqu’il était étudiant au secondaire. Il fait face à une pression intense pour qu’il démissionne.

Inconfort au sein de l’université canadienne

Les 28 professeurs de droit de l’université exposent leur inconfort en ces termes : « Ces déclarations nous inquiètent quant à la manière dont les politiques de Dalhousie pourraient être appliquées à des faits similaires ici. »

Un groupe d’étudiants de l’Université Dalhousie dénonce lui aussi l’analyse du phénomène blackface par Peter MacKinnon. Il affirme que cela témoigne de « perspectives racistes » et d’une « rhétorique oppressive ».

Les signataires demandent donc à la doyenne, Teresa Balser, de publier une déclaration afin de clarifier la question pour les étudiants et les employés de Dalhousie.

Un groupe d’étudiants a organisé une manifestation silencieuse lors de la réception de bienvenue du président intérimaire Peter MacKinnon le 21 janvier. (TWITTER)

Réponse de la direction de l’Université

Un porte-parole de l’université, Brian Leadbetter, indique que la position de l’établissement est pourtant déjà claire. « Le blackface est absolument inacceptable à Dalhousie. Toutes les formes de racisme, y compris le blackface, constituent un affront aux valeurs de notre université et ne seront pas tolérées », a-t-il dit.

M. Leadbetter a soutenu que si un incident de blackface était porté à l’attention de la direction, un certain nombre de politiques pourraient s’appliquer, notamment le Code de conduite des étudiants et la Déclaration sur l’interdiction de toute discrimination à Dalhousie. « Toute plainte serait déférée pour enquête par le biais des processus appropriés », a assuré M. Leadbetter.

Découvrez : à quel moment sont venus les premiers esclaves et non-esclaves noirs au Canada?

Une femme marche le long d’une voie ferrée au début des années 1960 près d’Halifax en Nouvelle-Écosse dans une petite communauté surnommée Africkville.
Crédit photo : The Canadian Press Archives

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de CBC News

En complément

Après deux siècles sans titre foncier, les communautés noires de la Nouvelle-Écosse se voient offrir de l’espoir – RCI 

Nouvelle-Écosse: une éducatrice « pas suffisamment noire » gagne sa cause – RCI 

Des excuses formelles pour des orphelins noirs de la Nouvelle-Écosse – RCI 

,

Share
Catégories : Arts et spectacles, Histoire, Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*