Sécurité, terrorisme et immigration : le Canada admet des failles dans sa détection des cas problèmes potentiels

Share

À la suite d’incidents récents attirant les soupçons sur l’efficacité des mesures en place pour détecter la présence de terroristes en puissance parmi ceux qui demande l’asile au Canada, le ministre fédéral de la Sécurité frontalière, Bill Blair, vient de reconnaître à la Chambre des communes qu’il y a une accumulation de dossiers en suspens à l’étape du filtrage de sécurité.


Bill Blair (THE CANADIAN PRESS/Chris Young)

Ces délais dans les procédures de vérification touchent aussi les individus qui entrent de façon irrégulière à la frontière canadienne avec les États-Unis.

Le ministre confirme du même coup certaines informations tirées de documents internes, obtenus par l’avocat canadien Richard Kurland en vertu de la Loi sur l’accès à l’information.

Ces documents montrent que, au 28 février 2018, 11 745 demandeurs d’asile étaient en attente d’une seconde étape de filtrage de sécurité, comparativement à seulement 1683 deux ans auparavant, soit une augmentation d’environ 700 %. Le ministre de la Sécurité frontalière soutient que les responsables vérifient l’identité de tous les demandeurs d’asile à la frontière d’abord, et qu’il n’y a donc pas de problème de sécurité de ce côté.

Michelle Rempel, porte-parole conservatrice en matière d’immigration, se demande comment M. Blair peut affirmer qu’il n’y a aucune menace à la sécurité si toutes les personnes en cause n’ont pas encore passé la seconde étape de filtrage.  Ainsi, 41 % des cas de demandeurs d’asile en attente, en février 2018, étaient des personnes vivant déjà Canada, sans enquête approfondie de sécurité de deuxième niveau.

Des événements récents qui soulèvent des inquiétudes

L’équipe de sécurité nationale de la GRC a accusé à la fin janvier un jeune mineur de deux infractions liées au terrorisme dans la ville de Kingston en Ontario – Photo : CBC

Les autorités canadiennes estimaient avoir déjoué un attentat terroriste en arrêtant, en janvier, un jeune d’âge mineur d’origine syrienne à Kingston dans la province de l’Ontario.

Ce mineur est maintenant accusé « d’avoir sciemment facilité une activité terroriste et d’avoir conseillé à une personne de livrer, poser, faire exploser ou détonner un engin explosif dans un lieu public, dans l’intention de provoquer la mort ou des dommages corporels graves ».

Il y a trois semaines, le gouvernement fédéral admettait qu’une personne reconnue comme représentant « un problème de sécurité nationale » avait pu obtenir la résidence permanente « à la suite de défaillances » de la part de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) et du ministère de l’Immigration, à la fin de 2017.

Abdullahi Hashi Farah avait un lourd casier judiciaire, des liens avec un gang violent et une longue histoire de violation des conditions de probation. Photo : YouTube

Abdullahi Hashi Farah, un immigrant d’origine somalienne, faisait face à un mandat d’arrêt aux États-Unis et risquait d’être expulsé lorsqu’il est entré illégalement au Canada, à Emerson, au Manitoba, à la fin du mois d’octobre 2017. L’ASFC voulait le maintenir en détention quelques jours de plus, le temps d’obtenir des États-Unis son casier judiciaire complet, mais un agent de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada (CISR), impressionné par l’honnêteté de l’homme, avait ordonné sa libération.

Qualifiant de « totalement inacceptable » cette série d’incidents, le ministre canadien responsable de l’ASFC, Ralph Goodale, avait affirmé que « des mesures internes avaient été prises pour corriger ce problème et faire en sorte que cela ne se reproduise plus ».

L’ASFC précisait, jeudi de cette semaine, qu’elle travaille ainsi avec ses partenaires pour éliminer le double emploi et l’inefficacité, tirer profit de la technologie existante et embaucher du personnel supplémentaire. Elle ajoute qu’un montant  additionnel de 6 millions de dollars a été investi en 2018-2019, pour réduir le nombre de personnes en attente d’un contrôle de sécurité.

Elle affirme que ces mesures ont porté fruit, car son programme de contrôles de sécurité de l’ASFC a éliminé l’arriéré des demandes d’asile et a stabilisé ses opérations.

Comment le Canada analyse-t-il les risques à la sécurité des nouveaux arrivants?

Un enjeu des prochaines élections canadiennes?

Le chef du Parti conservateur, Andrew Scheer Photo : Facebook

Andrew Scheer, le chef du Parti conservateur du Canada, demande de réexaminer tout le processus de sélection des immigrants en raison de cette arrestation pour terrorisme. L’immigration et l’accueil des réfugiés étaient sur toutes les lèvres chez les conservateurs fédéraux réunis en caucus à Ottawa cette fin de semaine. Ils se préparent à campagne électorale de l’automne prochain.

S’inquiétant des « dangers du populisme », le premier ministre canadien Justin Trudeau prévenait, le mois dernier, les électeurs de faire attention aux propos alarmistes concernant l’immigration, qui pourrait gagner l’espace public avant les élections fédérales.

Il a lancé cet avertissement lors d’une assemblée publique dans le nord de la province du Nouveau-Brunswick après qu’une jeune ex-réfugiée syrienne l’eut remercié d’avoir permis à sa famille de venir s’établir au Canada.

DÉCOUVREZ : Immigration : le Canada étend son programme de contrôle biométrique à plusieurs pays étrangers

La biométrie utilise les empreintes digitales et la reconnaissance de l’iris ou du visage pour vous identifier. Photo : iStock

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Philippe-Vincent Foisy, Yasmine Mehdi et Isabelle Richer de Radio-Canada et d’Ismaël Houdassine de RCI

CORRECTION : 8 février 2019 à 6:43
Nous avons ajouté la réaction de l’AFSC dans cette affaire. 

En complément

Justin Trudeau prévient les électeurs de se méfier des propos alarmistes sur l’immigration pour le prochain scrutin – RCI 

Immigration : des failles en matière de sécurité inquiètent les conservateurs qui demandent une étude – Radio-Canada 

L’immigration : encore et toujours un enjeu crucial en période électorale – RCI 

Share
Catégories : Immigration et Réfugiés, International, Politique
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*