Des secouristes fouillent les débris du Boeing 737 MAX 8 qui s'est écrasé dimanche à Addis-Abeba, en Éthiopie. Photo: The Associated Press / Mulugeta Ayene

Écrasement d’un Boeing 737 en Éthiopie : 18 Canadiens et Canadiennes parmi les 157 victimes

Share

Le Boeing 737 MAX 8 qui venait tout juste d’être livré à la compagnie en novembre s’est écrasé près de Bishoftu, à 62 km au sud-est de la capitale Addis-Abeba.

L’avion a percuté le sol six minutes seulement après son décollage en direction de la capitale kényane à 8 h 44 (heure d’Addis-Abeba ou 0 h 44, heure de Montréal).

En s’écrasant, l’appareil s’est désintégré, creusant un impressionnant cratère et labourant la terre sur des dizaines de mètres carrés.

Seulement quelques pièces de carlingue éparpillées étaient reconnaissables à l’arrivée des secours

LISEZ LA SUITE : Boeing forcé de mettre à jour le logiciel de navigation sur ses Boeing 737 Max 8

Lundi, la Chine, qui possède un cinquième des livraisons mondiales de Boeing 737 Max 8 a ordonné à ses compagnies aériennes nationales de suspendre les vols de leurs Boeing 737 Max8. Leur utilisation pourra reprendre seulement après confirmation par les autorités américaines et Boeing auront annoncé «des mesures prises pour garantir avec efficacité la sécurité des vols».

Des victimes provenant de plus de trois dizaines de pays

Les 157 victimes proviennent de 33 pays, dont la Chine, les États-Unis, l’Arabie saoudite, le Népal, Israël, l’Inde et la Somalie. Plusieurs pays ont perdu plus de cinq citoyens.

Selon le Département de la sécurité et de la sûreté des Nations unies au Kenya, au moins 19 membres du personnel de l’ONU ont péri dans l’accident.

À lui seul, le Programme alimentaire mondial des Nations unies a perdu sept employés. Deux employés du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés et deux de l’Union internationale des télécommunications ont également trouvé la mort.

Le PDG d’Ethiopian Airlines, Tewolde GebreMariam, s’est rendu sur les lieux de l’écrasement dimanche. Photo : Ethiopian Airlines

Le Canada est en deuil

Photo : Reuters

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a envoyé ses condoléances aux familles des victimes canadiennes de la tragédie du vol ET302 effectuant la liaison entre Addis-Adeba et Nairobi au Kenya.

« Nos pensées vont aux victimes du vol ET302, y compris les Canadiens qui étaient à bord et ceux qui ont perdu un être cher », a écrit Justin Trudeau.

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a déclaré pour sa part : « Le gouvernement canadien est en contact étroit avec les autorités éthiopiennes afin de recueillir le plus rapidement possible des informations supplémentaires ».

L’enquête se poursuit lundi pour déterminer pourquoi le Boeing 737 MAX 8 flambant neuf d’Ethiopian Airlines s’est écrasé. Il s’agit de la deuxième tragédie avec ce type d’avion en moins de 6 mois.

L’Éthiopie et la Chine ont décidé de clouer au sol tous leurs Boeing 737 Max 8

Photo: Reuters / Tiksa Negeri

Des témoins de la tragédie

Selon un premier témoin, Tegegn Dechasa, « l’avion était déjà en feu lorsqu’il s’est écrasé au sol ».

Pour sa part, un agriculteur dénommé Sisay Gemechu dit avoir entendu un grand bruit « similaire au bruit d’une ambulance » alors que « l’avion semblait essayer d’atterrir dans un champ, mais il s’est écrasé avant de l’atteindre ».

Le site Flight Radar 24 a indiqué sur Twitter que ses données sur le vol ET 302 montent que l’avion avait une vitesse ascensionnelle instable après le décollage.

LISEZ AUSSI : Écrasement d’Ethiopian Airlines : le Canada refuse d’immobiliser ses Boeing 737. Pourquoi?

Image – Boeing

Quelques-unes des victimes canadiennes

Danielle Moore, une Torontoise âgée de 24 ans est l’une des 18 victimes canadiennes. Sur les réseaux sociaux, Danielle Moore se disait « enthousiaste » samedi d’aller à Nairobi pour participer à une conférence des Nations unies sur l’environnement.

Amina Ibrahim Odowa, 33 ans, et sa fille Sofia Faisal Egal Abdulkadir, 5 ans, font partie des victimes.

Le professeur Pius Adesanmi, de l’Université Carleton, est mort dans l’écrasement du vol 302 d’Ethiopian Airlines. Photo: Facebook/

Le comptable calgarien Derick Lwugi fait partie des victimes. Photo : Facebook

Des secouristes se rassemblaient dimanche près du lieu de l’accident

RCI avec La Presse canadienne, l’Agence France-Presse, Reuters, CBC news et la contribution de Florence Ngué-No et d’Olivier Bachand de Radio-Canada

En complément :

Une mère et sa fillette parmi les 18 victimes canadiennes de l’écrasement – Radio-Canada 

Après deux tragédies rapprochées, des questions sur le nouvel avion de Boeing – Radio-Canada

Des avions Boeing 737 MAX cloués au sol après la tragédie en Éthiopie – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : International, Internet et technologies

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*