Le port de Montréal au printemps. Photo: Radio-Canada / Jean-François Villeneuve

Le crime organisé s’arrime à la croissance rapide du trafic portuaire canadien

Share

La croissance rapide du trafic que connaissent les principaux ports canadiens profiterait aussi au crime organisé, selon une série de données obtenues par La Presse canadienne, car ils sont moins surveillés que les aéroports et l’expédition de la marchandise par bateau est beaucoup moins que par avion.

Le terminal à conteneurs South End à Halifax (Pam Berman/CBC)

L’augmentation très rapide depuis 5 ans du trafic par conteneurs offrirait aussi aux criminels l’occasion de dissimuler davantage de produits de contrebande et de tirer profit des ressources limitées dont disposent les forces de l’ordre dans les zones portuaires.

Selon Bud Garrick, un ancien directeur général adjoint des services de renseignements criminels de la GRC, la drogue importée et les véhicules volés exportés sont les principaux produits qui passent en contrebande.

Les autorités ne parviendraient à en récupérer qu’une infime partie.

Hausse du trafic portuaire au Canada d'un océan à l'autre
En 2018, le trafic dans le port de Montréal, le second en importance au Canada, a augmenté de 9 % pour atteindre l’équivalent de plus de 1,6 million de conteneurs de 20 pieds. C’est la cinquième année consécutive que le port de Montréal atteint un nouveau sommet au chapitre du volume.
Les ports de Vancouver et de Halifax, respectivement premier et troisième au pays, ont aussi enregistré un sommet dans le nombre de conteneurs traités, l’année dernière.

Port de Vancouver (David Horemans / CBC)

Quand la croissance rime avec crime

Peter Hall, Université Simon Fraser. Photo: La Presse canadienne

Selon Peter Hall, professeur agrégé d’études urbaines à l’Université Simon Fraser, essayer d’intercepter la cargaison de contrebande dans un port en pleine effervescence coûte cher et perturbe les activités.

« On n’aura jamais assez de ressources pour détecter la plupart des produits par un filtrage aléatoire. La plupart du temps, l’Agence des services frontaliers se concentre sur le dépistage du terrorisme et des risques biologiques.»

Un nombre croissant de navires quitteraient ainsi le Canada en apportant notamment des véhicules volés. Ces vols à grande échelle, souvent liés à des organisations criminelles en Afrique de l’Ouest, en Europe du Nord, au Moyen-Orient et en Chine, reposent sur des faiblesses humaines et technologiques.

On démantelait il y a quelques années un réseau de vols de véhicules de luxe qui sévissait au Québec et en Ontario et dont le butin était destiné vers l’Afrique par conteneurs via le Port de Montréal.

Henry Tso, Bureau d’assurance du Canada

Selon Henry Tso, vice-président du Service d’enquête au Bureau d’assurance du Canada , « certains quais, il y en a, vous savez, sont gérés par le crime organisé. Même au Québec, comme dans les ports de Montréal, un terminal est propre, l’autre ne l’est pas. »

« Le problème majeur est la corruption », souligne Anthony Nicaso, auteur de plus de deux dizaines de livres sur le crime organisé. « Il n’y a pas de volonté politique de lutter contre le crime organisé, probablement parce que l’argent ne pue pas, alors qui s’en soucie. L’argent, c’est de l’argent. »

Le vice-président de l’administration portuaire de Montréal (APM), Tony Boemi, estime que l’Agence des services frontaliers du Canada inspecte minutieusement seulement environ 3 % des conteneurs qui transitent par le port de Montréal. L’agence fédérale refuse de confirmer ces données statistiques, mais affirme que des appareils de dépistage, comme des détecteurs de rayons gamma, analysent chaque conteneur.

Un bateau accosté au port de Montréal. La croissance dans nos ports fait l’affaire des contrebandiers. Photo Radio-Canada.ca

Un problème identifié depuis longtemps

Un rapport de Sécurité publique Canada de janvier 2011 concluait que les trois plus grands ports du Canada – Vancouver, Montréal et Halifax – étaient les plus vulnérables à la contrebande entrante et sortante.

Le rapport cite le volume du trafic de conteneurs comme l’une des principales raisons pour lesquelles les trois ports attirent les contrebandiers. Un autre facteur dans leur valeur en tant qu’intermédiaires de contrebande, selon le rapport : « des groupes criminels sophistiqués se sont bien implantés dans les villes hôtes (dans le cas de Montréal et de Vancouver) et ont rendu les ports essentiels à leurs activités de contrebande. »

Les représentants du gouvernement et des forces de l’ordre ont fourni peu d’éléments probants indiquant que beaucoup de choses ont changé au cours des sept années qui se sont écoulées depuis la publication du rapport.

Écluses géantes de la Voie maritime du Fleuve Saint-Laurent : portes ouvertes sur l’Amérique

La Voie maritime du Saint-Laurent Photo Credit: Radio-Canada

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

Le port de Montréal est ouvert, même en hiver – RCI 

Découvrez le terminal à conteneurs Fairview du port de Prince Rupert à l’occasion de ses 10 ans! – RCI 

Il y a 101 ans, l’une des plus grandes explosions du monde faisait plus de 2000 morts à Halifax – RCI 

Share
Catégories : Économie, International, Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*