Photo : CBC

Vidéo choc d’un policier ontarien jetant au sol une Autochtone de 16 ans lors de son arrestation

Share

L’incident s’est produit mardi à Sioux Lookout, dans le nord-ouest de l’Ontario, et la Police provinciale de l’Ontario affirme que l’agent a été contraint d’agir avec force parce qu’il a été agressé par la jeune Autochtone.

Mais Akeesha Footman, la femme qui a filmé la vidéo de l’arrestation largement diffusée sur les réseaux sociaux, affirme pourtant avoir été choquée par la violence de l’incident.

Elle a filmé la scène avec son téléphone pendant qu’elle, sa sœur et sa mère traversaient Sioux Lookout en voiture, lors de leur voyage touristique dans le nord de l’Ontario.

« Nous avons vu une jeune personne assise sur un banc, avec des écouteurs, visiblement en détresse, en train de pleurer. Il y avait un officier de police avec ses mains sur cette jeune fille », a-t-elle dit.

Sa mère a arrêté le véhicule et a baissé sa vitre pour s’enquérir du problème, mais l’agent leur aurait dit de partir.

Alors qu’ils s’en allaient, Akeesha Footman indique qu’elle a vu l’officier être dur avec la personne. C’est à ce moment qu’elle a commencé à filmer la vidéo qui a été mise en ligne sur Facebook.

Description de ce que l’on entend et de ce que l’on voit sur la vidéo

L’agent de police semble menotter la jeune fille, qui est allongée face contre terre dans la rue.

L’agent tente de la soulever à mesure que d’autres policiers arrivent. Puis, l’agent ordonne à l’un de ses collègues d’aller chercher les renseignements des témoins de la scène, soit Akeesha Footman, sa mère et sa sœur.

La jeune fille est ensuite assise dans une voiture de police par plusieurs officiers. L’agent initialement impliqué dans l’altercation se présente aux trois témoins. Au cours de l’interaction avec les occupants du véhicule, il leur demande à plusieurs reprises leur nom et leur dit que la fille lui a donné un coup de pied et lui a craché dessus.

La mère de Footman dit à l’officier qu’elle essayait juste de s’assurer que la fille allait bien. « Pourquoi ça n’irait pas,  répond l’officier. Je suis ici pour aider les gens, Madame. »

L’agent dit également aux occupantes du véhicule qu’il aurait été utile de l’aider pendant qu’il était « agressé ».

« Vous nous avez dit de ne pas nous arrêter, répond la mère de famille. Vous m’avez dit que ça ne me concernait pas. »

Les policiers examinent la vidéo

Lorsque CBC News a contacté la police provinciale, un porte-parole a indiqué que la PPO était au courant de l’existence de la vidéo et qu’elle l’examinait.

La Police provinciale de l’Ontario a fourni plus de détails sur l’arrestation elle-même dans un communiqué publié mercredi après-midi.

Elle déclare que l’agent avait été informé de la présence de la jeune fille par un membre du public, qui s’inquiétait pour sa sécurité. Elle semblait en détresse mentalement.

La jeune fille était connue de la police et était « en état très avancé d’ébriété ». Lorsque l’agent tentait de l’arrêter, il a été agressé.

La jeune fille fait face à des accusations de voies de fait et a comparu au tribunal mercredi.

LISEZ AUSSI : Un rapport pour mettre un peu de soleil dans le ciel orageux des relations entre la police et les Autochtones au Canada - RCI

Photo : CBC

RCI avec les informations de CBC News

En complément

Zéro de conduite : quand nos policiers ne sont plus des héros – RCI 

La police de l’Ontario mieux outillée pour intervenir en cas d’incident avec les Autochtones? – RCI 

Autochtones et violence policière: une grande chef du Manitoba exige des rencontres – RCI 

Share
Catégories : Autochtones, Internet et technologies
Mots-clés : , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*