Selon les experts de l'ONU, les êtres humains malmènent la nature et compromettent leur avenir sur Terre.

Environnement : l’être humain scie la branche sur laquelle il est assis

Share

Un million d’espèces animales et végétales menacées d’extinction. Les trois quarts de l’environnement terrestre profondément transformés par les activités humaines et 66 % de l’environnement marin touché. Le tableau que dresse le groupe d’experts de l’ONU sur la biodiversité (IPBES) est plutôt sombre.

À moins d’un sursaut, la planète est engagée dans un déclin continu. En cause : les modèles de production et de consommation des êtres humains. « Nous sommes en train d’éroder les fondements mêmes de nos économies, nos moyens de subsistance, la sécurité alimentaire, la santé et la qualité de vie dans le monde entier », note Robert Watson, président de l’IPBES.

Dans un rapport sans précédent publié lundi, le groupe d’experts de l’ONU sur la biodiversité tire sur la sonnette d’alarme. L’être humain a beau dépendre de la nature pour boire, respirer, manger, se chauffer ou se soigner, il n’a que très peu d’égards pour elle. Déforestation, agriculture intensive, surpêche, urbanisation galopante, mines… En tout, 75 % de l’environnement terrestre et 66 % du milieu marin auraient été profondément transformés par les activités humaines.

L’agriculture intensive est l’un des enjeux majeurs dans la lutte pour la préservation de l’environnement.

D’où cette prévision consternante de l’IPBES : environ 1 million d’espèces animales et végétales sur les quelque 8 millions estimées sur Terre, sont menacées d’extinction. Et plusieurs extinctions sont attendues dans les prochaines décennies. Cette prévision apporte de l’eau au moulin de nombreux scientifiques qui depuis quelques années évoquent le début de la sixième « extinction de masse » à frapper la Terre et la première dont l’être humain est l’unique responsable.

L’utilisation des terres (agriculture, déforestation), l’exploitation directe des ressources (pêche, chasse), le changement climatique, les pollutions et les espèces invasives ont été établis comme les cinq principaux responsables de la catastrophe annoncée par les 450 experts de l’ONU, au terme de trois années de travail.

Tout est-il perdu?

Malgré la noirceur du tableau dépeint par les experts de l’ONU, tout n’est pas perdu pour autant. En fait, l’extinction de masse en vue pourrait même être la première à être stoppée par les êtres humains eux-mêmes, selon Mark Tercek, le président de l’ONG Nature Conservancy. Tout ce qu’il faut faire d’après lui, c’est d’agir de manière décisive maintenant.

Robert Watson, le président de l’IPBES est du même avis. « Il n’est pas trop tard pour agir, mais seulement si nous commençons à le faire maintenant » et par le biais d’un « changement transformateur » de notre société pour ralentir les  « moteurs » de la perte de biodiversité qui menace l’humanité au moins autant que le changement climatique.

Une révision des méthodes de production est fortement souhaitable selon les experts de l’ONU.

Selon les experts, l’Accord de Paris sur le climat qui vise à limiter le réchauffement à maximum +2 degrés Celsius est un pas dans la bonne direction. Certaines actions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre pourraient entraîner des effets bénéfiques directs sur la nature. Néanmoins, même si la cible de l’Accord de Paris est respectée, le changement climatique pourrait tout de même augmenter tout en aggravant les autres facteurs.

Revoir nos manières de faire

Le rapport de l’ONU détermine comme première cible le système agroalimentaire. Nourrir 10 milliards de personnes en 2050 de façon « durable » selon les experts onusiens exige une transformation de la production agricole (agroécologie, meilleure gestion de l’eau), mais aussi de meilleures habitudes de consommation (régime alimentaire, gaspillage), souligne le rapport.

Même si les scientifiques affirment clairement que la consommation de viande a plus d’effets négatifs sur l’environnement, ils n’en recommandent pas pour autant le bannissement, question, sans doute, de ne pas mécontenter des pays producteurs de viande.

Plusieurs scientifiques affirment que réduire la consommation de viande est bon pour l’environnement Photo : David Shield, CBC

« Des changements profonds peuvent entraîner une opposition de la part de ceux qui ont des intérêts directs au statu quo, mais une telle opposition peut être surmontée pour l’intérêt général », a reconnu Robert Watson.

Le rapport de l’IPBES présente d’autres outils dont les gouvernements pourraient se servir pour protéger la nature comme une réforme de la fiscalité et la fin des aides publiques « perverses ». Il évoque même la nécessité de s’éloigner du dogme de la croissance. « Il s’agit de considérer la qualité de vie et non la croissance économique comme objectif », soutient Eduardo Brundizio, l’un des principaux auteurs du rapport.

Dans un appel intitulé Call4Nature, des centaines de personnalités comme l’éthologue et anthropologue britannique et l’actrice française Marion Cotillard, demandent aux gouvernements du monde d’arrêter « les financements qui détruisent la nature», de « mettre un terme à la déforestation », de protéger les océans et d’encourager « la transition vers des pratiques agricoles durables ».

(Avec l’AFP)

Au Canada aussi les espèces animales disparaissent

Des chercheurs canadiens alarmés par les « impacts en cascade » de la disparition imminente des bourdons

Attention danger : de plus en plus d’espèces menacées et cela va en s’accélérant

De nouvelles espèces aquatiques en péril seront protégées au Canada

Share
Catégories : Économie, Environnement, International, Politique, Santé, Société
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*