Le prince Harry, deuxième à partir de la gauche, et son épouse Meghan, à droite, montrent leur fils Archie à la reine et au prince Philip, à gauche, avec la mère de Meghan, Doria Ragland. (Chris Allerton/Copyright SussexRoyal/Pool via Reuters)

Même après 67 ans, la reine Élisabeth II continue de fasciner ses sujets dans le monde

Share

Le 2 juin 1953, la reine Élisabeth II est couronnée dans une cérémonie à l’abbaye de Westminster. Photo : Radio-Canada

En fonction depuis le 6 février 1952, donc depuis 67 ans, 3 mois et 14 jours, la reine Élisabeth II célébrera, dans moins de deux semaines, son couronnement à l’abbaye de Westminster il y a 66 ans.

Elle devenait alors la reine d’Angleterre, et la chef d’État du Canada et de plus d’une dizaine d’autres nations appartenant au Commonwealth.

Sa consécration devant les caméras de télévision, le 2 juin 1953, devenait le premier couronnement royal télédiffusé et radiodiffusé dans le monde entier.

Pour relayer quelques heures plus tard les images de ce couronnement aux téléspectateurs canadiens de CBC/Radio-Canada, une véritable mission militaire avait été mise sur pied, y compris, jeep, hélicoptère et avion.

Des moyens énormes pour le mariage d’une femme qui avant de devenir reine aurait souhaité marier un simple fermier. Toutes ces années plus tard, elle pourrait faire la leçon à n’importe quel dirigeant sur des questions de bonne conduite constitutionnelle.

ÉCOUTEZ : une présence qui ne sera pas éternelle, mais qui laissera une trace indélébile…

Melania et Donald Trump avec la reine Elizabeth II, en juillet 2018.Steve Parsons / Pool / Reuters

Que se passera-t-il après la mort de la  reine Élisabeth II?

Reuters/Toby Melville

On dit que 83 % des personnes vivant au Royaume-Uni n’ont pas connu d’autre monarque de leur pays que la reine Élisabeth II. Un jour, cette femme qui a 93 ans nous quittera.

Ce pourrait bien ne pas être pour demain puisque sa mère Elizabeth Bowes-Lyon, connue comme la « reine mère » est décédée en 2004 à deux mois de son 103e anniversaire.

Elle laissera en place une famille royale élargie par 8 petits enfants. Mais l’avenir de la famille royale et son rôle est loin d’être garanti, notamment dans des nations démocratiquement fortes comme l’Australie et le Canada.

Reuters/Phil Noble

Lors de son jubilé d’argent en 1977, les foules dans son propre pays étaient véritablement enthousiastes, mais des révélations de la presse britannique sur la monarchie dans les années 1980 ont augmenté les critiques.

Sa popularité a continué de diminuer dans les années 1990 et, sous la pression du public, elle a été obligée de payer un impôt sur le revenu et d’ouvrir au public le palais de Buckingham.

En novembre 1999, les électeurs australiens refusèrent la suppression de la monarchie lors d’un référendum. Mais rien n’interdit la tenue d’un autre référendum.

En 2010, alors que la reine entreprenait une visite au Canada, un sondage Harris-Decima révélait que 48 % des Canadiens jugeaient que la monarchie constituait dans les faits « une relique de notre passé colonial » qui n’a plus sa place au Canada.

Connaissez-vous bien Élisabeth II?

Getty Images/Chris Jackson

La reine cultive une véritable passion pour les chevaux et les chiens. Elle a été la propriétaire d’une trentaine de corgis, sa race de chiens favorite.

Elle a même été à l’origine de la création d’une nouvelle race, le « dorgi », issue du croisement entre un corgi et un teckel («dachshund» en anglais).

Tout au long de son règne, elle a reçu plusieurs animaux en cadeau, dont des étalons, mais aussi des poneys, des hippopotames nains, des jaguars, des paresseux, des castors, des kangourous, ou un crocodile, qui ont été confiés, en majorité, au zoo de Londres.

Élisabeth II, qui a servi comme mécanicienne pendant la Seconde Guerre mondiale, a toujours été à l’aise avec les nouvelles technologies. Elle a envoyé son premier courriel en 1976, lors d’une visite sur une base militaire, bien avant l’utilisation d’Internet par les civiles.

Sur les réseaux sociaux, la reine a envoyé son premier tweet en 2014. Elle a signé son premier message sur Instagram en mars dernier.

LISEZ AUSSI : Pour la première fois, une femme, une Canadienne, dirige la garde royale de la reine Élisabeth II

Crédit photo : AFP

RCI avec les Information de l’Agence-France Presse, Wikipédia et la contribution de Martine Laberge et de Jacques Beauchamps de Radio-Canada

En complément

Comment la couronne d’Angleterre règne-t-elle sur le Canada, mais sans le gouverner? – RCI

Faut-il abolir la prestation du serment à la reine d’Angleterre pour les députés au Québec? – RCI

Les racines royales de la fête de Victoria au Canada – RCI

Share
Catégories : Histoire, International, Politique
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*