Tel-Aviv on Fire du réalisateur israélien Sameh Zoabi. (Crédit photo : Artemis Productions)

Le Festival du cinéma israélien de Montréal annonce sa programmation

Le Festival du cinéma israélien de Montréal (FCIM) revient cette année pour une 13e édition. L’événement, qui se déroulera du 25 mai au 6 juin, propose 24 œuvres allant des courts métrages aux documentaires en passant par les films de fiction.

Faire connaître à un large public le cinéma israélien, c’est en filigrane l’un des objectifs du festival placé cette année sous la présidence de la comédienne et réalisatrice Carole Laure. Tous styles et genres confondus, les productions au menu du FCIM s’annoncent très intéressantes.

Parmi les œuvres présentées, signalons le magnifique et lumineux Vierges de Keren Ben Rafael. La réalisatrice a posé sa caméra sur Lana, une jeune femme de 16 ans qui s’ennuie à mourir dans sa ville natale de Kiryat Yam, situé au nord de l’État hébreu.

Pendant qu’elle rêve de quitter son bled pour aller faire la fête dans les boîtes de nuit de Tel-Aviv, Lana voit son quotidien être chamboulé par les rumeurs annonçant l’arrivée d’une sirène. Le personnage a valu à son interprète Joy Rieger le prix de la meilleure actrice au dernier Festival de Tribeca.

Les cinéphiles auront droit à Tel-Aviv on Fire, la dernière proposition de Sameh Zoabi. Avec cette comédie très primée et sélectionnée à la Mostra de Venise, le cinéaste signe une réflexion originale sur le conflit israélo-palestinien. La manifestation cinématographique est aussi l’occasion de revenir sur plusieurs thèmes sociaux comme la transsexualité (Family in Transition d’Ofir Trainin) et l’immigration (Here and Now de Roman Shumunov).

Des débats suivront les projections de plusieurs films, notamment avec Working Woman de Michal Aviad qui traite du harcèlement sexuel au travail. Cette production inspirée par le mouvement #MeToo a été présentée en 2018 au prestigieux Festival international du film de Toronto (TIFF).

De la politique aussi avec The Unorthodox d’Eliran Malka, un long-métrage basé sur l’histoire vraie du fondement du parti politique ultraorthodoxe Shas. En clôture du festival, le touchant Nobel Savage de Marco Carmel. En lice pour huit Ophirs (l’équivalent en Israël de nos Écrans canadiens) et lauréat du trophée du meilleur acteur pour Naveh Tzur, le drame suit les déboires d’un adolescent obèse aux prises avec une famille dysfonctionnelle.

Le FCIM se déroulera au Cinéma Forum.

Catherine-Amélie Meury a rencontré Samuel Maoz, réalisateur du film Lebanon.

Lire aussi :

Au Canada aussi on peut suivre le Festival de Cannes

Festival culturel nord-africain : se servir de la culture et de l’art pour souligner l’unité de l’espèce humaine

25e édition du festival 4/20 Cannabis à Vancouver ce samedi 20 avril

Catégories : Arts et spectacles, International
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.