La Station spatiale internationale (ISS) photographiée par les membres de l'équipage Expedition 56. (Crédit photo : NASA/Reuters/Roscosmos)

Déterminer les bactéries dans la Station spatiale internationale

Share

Des bactéries dans l’espace? Une nouvelle méthodologie génomique a permis de révéler la présence d’un écosystème bactérien à bord de la Station spatiale internationale (SSI). On doit cette découverte à une équipe de scientifiques de l’Université de Montréal et de l’Université McGill, dont le Dr Emmanuel Gonzalez, spécialiste en métagénomique à l’Université McGill.

La métagénomique est une méthode d’étude du contenu génétique d’échantillons issus d’environnements complexes (exemple : intestin, océan, sols, air, etc.). Ils sont prélevés dans la nature par opposition à des échantillons cultivés en laboratoire.

« C’est également tout ce que l’on peut voir à travers un microscope, rappelle le Dr Gonzalez. Avec une équipe de scientifiques et le biologiste Nicholas Brereton, on a développé un programme qui permet de voir les corps microscopiques avec une très grande résolution. »

Détails sur la recherche

L’article (disponible en anglais) « ANCHOR: a 16S rRNA gene amplicon pipeline for microbial analysis of multiple environmental samples» a été publié le 22 mai 2019 dans Environmental Microbiology. Le projet a été conduit par des chercheurs en métagénomique et en bio-informatique de l’Institut de recherche en biologie végétale de l’Université de Montréal, du Jardin botanique de Montréal, composante d’Espace pour la vie, de l’Université McGill, du Canadian Centre for Computational Genomics et et du Centre d’innovation Génome Québec.

(Source : Université de Montréal)

Écoutez l’entrevue avec Emmanuel Gonzalez (7 minutes et 39 secondes) :

Une nouvelle méthodologie génomique a permis de révéler la présence d’un écosystème bactérien à bord de la Station spatiale internationale (SSI).

L’outil permet de voir les choses comme jamais auparavant. Ainsi on a pu déterminer avec précision ce qu’il y avait dans la SSI. « Pour les biologistes, c’est très important de savoir quelle sorte de bactéries évoluent afin d’en comprendre leur dangerosité ou non. »

Les scientifiques pensaient jusqu’à présent que la Station spatiale contenait à peu près la même présence microbienne que dans une maison de type nord-américaine. Eh bien pas du tout, fait remarquer le chercheur.

« Ce que l’on a vu est en fait très différent et cela nous a beaucoup surpris. En gros, chaque passager qui monte dans la station laisse son empreinte bactériologique. En ce qui concerne le passager principal, c’est-à-dire l’être humain, c’est entre 35 000 et 40 000 milliards de bactéries. L’endroit ou couche les astronautes est un environnement relié aux intestins, à l’estomac, la salive ou la bouche. »

Là-haut dans l’espace, est en train de se créer un environnement super complexe qui est tout à fait nouveau, précise M. Gonzalez. « Il faut voir que la Station spatiale est un endroit où, à l’origine, il n’y avait rien au début. La présence humaine y a mis un véritable écosystème. C’est comme peupler une nouvelle planète, toutefois sans l’équilibre biologique que l’on peut trouver sur Terre. »

Détecter des bactéries dans l’espace. (Source : Université de Montréal)

Sur Terre, la consommation des ressources, les déchets et la pollution sont un réel défi. Imagine la difficulté de résoudre ce problème quand tu vis dans des conditions aussi spéciales que celles de la Station spatiale internationale! À ton avis, comment David et les autres astronautes s’y prennent-ils, sans coup de pouce d’éboueurs hebdomadaires ou d’usine de filtration des eaux?

Lire aussi :

Station spatiale internationale : capture réussie d’un vaisseau-cargo par le bras canadien CANADARM 2

David Saint-Jacques est le 9e astronaute canadien à rejoindre la Station spatiale internationale

Au-dessus du Québec : livraison d’aliments canadiens à la Station spatiale internationale

Share
Catégories : Internet et technologies, Santé
Mots-clés : , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*