Des Vétérans lors d'une cérémonie à London, en Ontario, en 2011. Crédit: Istock

Hommage canadien aux héros du jour J

Share

Le premier ministre canadien Justin Trudeau et d’autres personnalités politiques du pays ont rendu hommage aux soldats qui ont sacrifié leur vie, il y a 75 ans, sur les plages de Normandie pour les générations futures

Il a présidé la cérémonie canadienne du jour J à la plage Juno Beach. Juno Beach, rappelons-le, est le nom de code d’une des principales plages du débarquement allié en Normandie. Quelque 14 000 Canadiens y ont atterri le 6 juin 1944 lors de la Seconde Guerre mondiale.

M, Trudeau a déclaré que les soldats canadiens « avaient pris un pari que le monde n’avait jamais vu auparavant ». Des milliers de personnes ne sont jamais rentrées chez elles, beaucoup ont été tuées le premier jour de la bataille alliée contre les nazis.

Justin Trudeau a salué les combattants canadiens de la Seconde Guerre mondiale.

Une guerre qui a changé le monde

Le premier ministre a également fait l’éloge de l’ordre mondial qui en a résulté, y compris les Nations unies et l’OTAN, qui ont contribué à assurer la paix depuis ce conflit. Il a souligné que c’est « la responsabilité de tous les Canadiens de s’assurer que leur histoire et leur sacrifice ne seront jamais oubliés ».

À des milliers kilomètres de là, à Toronto, le maire de la ville a appelé les Canadiens à retenir les leçons intemporelles de la Seconde Guerre mondiale. John Tory a lui aussi rendu hommage aux 14 000 Canadiens, dont de « nombreux braves Torontois » qui ont pris d’assaut Juno Beach. « Leur courage et leur détermination ont mené à des succès, mais ces succès ont coûté très cher », a-t-il déclaré. Le jour J a aussi été tragique pour le Canada qui a perdu 359 de ses soldats, dont 50 Torontois.

Dans un communiqué commun, Lawrence MacAulay et Harjit S. Sajjan, respectivement ministre des Anciens Combattants et ministre associé de la Défense nationale, et ministre de la Défense nationale, ont rappelé que les débarquements des Alliés dans le nord de la France ont engagé les trois branches de l’armée canadienne.

14 000 soldats canadiens ont pris part au débarquement de Normandie

Un effort militaire collectif

La Marine royale du Canada, soulignent les deux ministres, a aidé les navires alliés à se frayer un chemin à travers les champs de mines marines allemands. Elle a transporté des soldats à terre et a bombardé les positions allemandes. Dans le ciel de Normandie, les escadrons de l’Aviation royale du Canada ont combattu des avions de guerre ennemis et ont frappé des positions défensives côtières et intérieures allemandes.

Les deux ministres ajoutent que dans les jours qui ont suivi l’assaut sur Juno Beach, les troupes canadiennes ont résisté aux contre-attaques allemandes. À l’été 1944, les Canadiens ont vaincu les Allemands, s’emparant de la ville de Caen et ont contribué à la conclusion de la campagne de Normandie.

Cela dit, même si diverses cérémonies sont organisées un peu partout au pays, le gros de la commémoration du 75e anniversaire du jour J a lieu au Manège militaire de Willow Park, à Halifax, en Nouvelle-Écosse.

(Avec l’AFP, La Presse canadienne, gouvernement du Canada, Reuters)

Lire aussi

Débarquement de Normandie, 75e, stress post-traumatique et itinérance

75e anniversaire du jour J : le Canada, un allié crucial

Le dernier Mohawk à parler le langage codé utilisé pendant la guerre est décédé

Share
Catégories : Histoire, International, Politique, Société
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*