PHOTO : AFP / GETTY IMAGES / SAM PANTHAKY

Unanimité des provinces canadiennes : deux immigrants sélectionnés sur trois devront servir l’économie

Share

Lors de leur réunion annuelle en Saskatchewan, les 13 premiers ministres provinciaux et territoriaux ont fait front commun et demandent au gouvernement central canadien de modifier ses critères de sélections des nouveaux arrivants pour qu’au moins 65 % d’entre eux soient des immigrants économiques.

Les 13 hommes à la tête des 10 provinces et des 3 territoires du Canada se rassemblent à Saskatoon. PHOTO : LA PRESSE CANADIENNE / JONATHAN HAYWARD

Il s’agirait d’un bond substantiel qui aurait un impact certain sur les étrangers qui rêvent de venir un jour au Canada puisque, pour le moment, seulement 55 % de ceux qui sont sélectionnés appartiennent à cette catégorie d’immigrants.

Le 45 % restant est constitué de réfugiés et de personnes issues du programme fédéral de réunification familiale qui permet à un immigrant canadien d’inviter un ou plusieurs de ses proches à vivre au Canada, sans considération à leur capacité de s’intégrer au marché du travail.

Mercredi, au terme d’une première journée de travail à Saskatoon, les 13 premiers ministres des provinces et territoires ont insisté sur l’importance des travailleurs spécialisés, des gens d’affaires et des entrepreneurs pour aider à répondre aux besoins du marché du travail.

« C’est ça que je voulais, a lancé le premier ministre François Legault en fin de journée, mercredi. J’ai eu l’accord de toutes les provinces! S’il y a 65 % d’économiques, il est obligé d’avoir 35 % de réfugiés et de réunification familiale. »

Le gouvernement Legault est en négociation avec Ottawa au sujet des seuils d’immigration et des tests de français et de valeurs qu’il veut imposer aux nouveaux venus. M. Legault estime que le front commun des provinces en faveur de l’immigration économique va l’« aider » dans ses discussions avec Ottawa.

« On a le support de toutes les provinces et les territoires pour appuyer un changement quand même important. On parle au Québec de passer de 58 à 65 %, et dans le Canada de passer de 55 à 65 %, et l’appui de provinces importantes, entre autres Doug Ford, Jason Kenney, donc des provinces qui comptent », a-t-il déclaré en mêlée de presse.

Un front commun du Québec avec les autres provinces qui était dans les cartes

François Legault Photo : La Presse canadienne

Le premier ministre québécois François Legault avait affirmé, il y a un peu plus de trois semaines, que le Québec pourrait très bien décider de faire front commun avec d’autres provinces pour exiger du gouvernement fédéral qu’il augmente les quotas annuels d’immigrants dits économiques que le pays peut accueillir.

Lorsqu’en point de presse on lui avait demandé ce qu’il souhaitait accomplir à la rencontre des premiers ministres à Saskatoon, il a répondu sans hésitation : « Un sujet qui m’intéresse beaucoup, c’est l’immigration. »

Il avait poursuivi en parlant du projet de loi 9 sur l’immigration sélective au Québec, adopté sous bâillon par son gouvernement quelques jours plus tôt, et qui permet au gouvernement dorénavant de choisir ses futurs immigrants en fonction de leurs capacités à s’adapter et à contribuer au marché du travail plombé en ce moment par plus de 120 000 postes qui demeurent vacants.

Voyez pourquoi le Québec croit maintenant qu’il doit miser sans plus de délai sur les immigrants économiques…

Immigrants économique

Plus d’un demi-million d’emplois vacants au Canada

Avis aux travailleurs étrangers et aux futurs immigrants, les occasions d’emplois pour la population active (près d’un Canadien sur deux) sont exceptionnelles. Le nombre de postes vacants a encore augmenté.

Au premier trimestre de cette année, Statistique Canada comptait 506 000 emplois non occupés, ce qui représente une hausse de presque 10 % par rapport aux trois mois précédents. Le taux de chômage s’est par contre maintenu à 5,8 % en mars.

Le problème est donc que les employeurs ne trouvent pas dans la population canadienne les candidats suffisamment qualifiés ou motivés à occuper ses emplois.

Les quatre cinquièmes des postes vacants sont liés à des emplois permanents.

LISEZ : Le gouvernement québécois doit imposer la francisation obligatoire des immigrants, selon une députée en vue

Des immigrants participent aux ateliers de francisation donnés par le Service d’aide à l’adaptation des immigrants et immigrantes à Québec. Crédit photo : Radio-Canada

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Maryse Jobin et Alice Chantal Tchandem Kamgang  de RCI et Radio-Canada et la contribution de Barbara Leroux, Martin Robert, Franco Nuovo et Alain Rochefort de Radio-Canada

En complément

Pénurie de main-d’oeuvre : les régions en force au Salon de l’immigration et de l’intégration – RCI

Immigrants économiques: résolument attachés aux grandes villes? – RCI

De quels immigrants le Québec a-t-il vraiment besoin? – RCI 

Share
Catégories : Économie, Immigration et Réfugiés, International, Politique
Mots-clés : , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*