Le Premier ministre Justin Trudeau serre la main de Chris McKenna, commandant de la force opérationnelle canadienne au Mali, après avoir reçu un drapeau des Nations Unies lors d'une visite à la base de Gao, au Mali, le 22 décembre 2018. (Adrian Wyld/Presse canadienne)

Le Canada dépêche 20 agents de police au Mali dans le cadre d’une mission de l’ONU

Share

Le Canada prévoit respecter son engagement d’envoyer 20 policiers, d’ici la fin de 2019, pour appuyer la mission de maintien de la paix au Mali, selon le commandant de la GRC dans ce pays d’Afrique occidentale. Des pays du monde entier envoient au total en ce moment quelque 1700 officiers.

Graphique : Radio-Canada

La surintendante Kelly Bradshaw explique que 10 policiers sont déjà déployés dans cette mission de l’ONU qui tente d’apporter la stabilité au Mali dans un contexte d’insurrection ethnique et djihadiste. « D’ici la fin de l’année, notre objectif est d’avoir 20 policiers au Mali », a-t-elle dit.

L’engagement du Canada à l’égard des services de police s’ajoute à son engagement militaire, qui prend fin plus tard ce mois-ci.

La mission de maintien de l’ordre au Mali survient au moment où Ottawa envisage d’accroître les niveaux de déploiement de ses policiers dans les missions de l’ONU et d’autres organisations. En date du 24 juillet, 77 policiers canadiens étaient déployés dans des rôles de paix et de stabilisation partout dans le monde, notamment en Ukraine, en Haïti, en Irak et en Cisjordanie.

Cette année marque le 30e anniversaire de la participation de la GRC aux opérations de maintien de la paix. La première mission a eu lieu en 1989 lorsque la GRC a envoyé 100 membres en Namibie.

Pourquoi le Canada s'implique-t-il au Mali?
Le Mali est déchiré par des conflits depuis une rébellion dans le nord et un coup d’État plus au sud dans la capitale en 2012. Le nord du Mali est alors tombé dans les mains de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda.

Cette crise politique est aggravée ces dernières années par la pauvreté, la sécheresse et l’afflux de djihadistes islamistes. Certes, les djihadistes en ont été en grande partie chassés ou dispersés à la suite du lancement en janvier 2013, à l’initiative de la France, d’une intervention militaire, qui se poursuit. Mais des zones entières échappent au contrôle des forces maliennes, françaises et de l’ONU, régulièrement visées par des attaques meurtrières.

L’installation dans le nord du pays de groupes islamistes venus d’Algérie voisine ne fait qu’exacerber les tensions.

Le 14 août 2018, un hélicoptère canadien CH-146 Griffon décolle du Camp Castor, à Gao, au Mali. (Photo : Caporal Ken Beliwicz)

La force de réaction rapide canadienne au Mali elle est lente à se matérialiser

Le Canada fait encore attendre l’ONU qui ne peut toujours pas compter sur la présence au Mali d’une force militaire de réaction rapide. Cela fait plus d’un an et demi que le premier ministre Justin Trudeau en a fait la promesse solennelle lors d’un important sommet sur le maintien de la paix à Vancouver, en novembre 2017, mais l’ONU attend toujours que le contingent de 200 soldats se matérialise sur le terrain.

Il y a plus de 18 mois, le premier ministre avait aussi promis l’envoi d’une unité d’hélicoptères et d’un avion de transport pour effectuer des évacuations médicales rapides et sécuritaires.

Sur ce point, le Canada tient promesse depuis le mois d’août de l’an dernier et cet aspect des opérations est d’ailleurs sur le point de prendre fin.

Si Ottawa n’a pas encore inscrit officiellement la force de réaction rapide dans une base de données des Nations unies sur les engagements des nations en matière de maintien de la paix, des sources à l’ONU et au ministère de la Défense soutiennent qu’un accord serait presque conclu. Il se pourrait que la force de réaction rapide canadienne entre en action le mois prochain.

Selon l’ONU, ce genre de forces de réaction rapide constitue l’une des exigences « primordiales » pour les missions de maintien de la paix dans le monde, afin de protéger les civils et faciliter la distribution de l’aide humanitaire. Ces unités ont été déployées ces dernières années en République démocratique du Congo et en République centrafricaine, où elles ont dû affronter des groupes armés lorsque l’ONU cherchait à assurer la sécurité et la stabilité.

LISEZ AUSSI : Mali : la problématique de la sécurité selon Niagalé Bagayoko

Gao, Mali, le 31 juillet 2018 – L’image a été modifiée numériquement pour des raisons de sécurité opérationnelle. Des membres de l’équipe de patrouille à long rayon d’action néerlandaise chargent des pseudo blessés à bord d’un hélicoptère CH-147 Chinook canadien lors d’un exercice d’évacuation médicale, à l’appui de l’opération PRESENCE. (Photo : Cplc Jennifer

RCI avec les information de Catharine Tunney de CBC News, la Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

Théâtre des opérations de l’ONU au Mali : 10 Casques bleus blessés par une mine – RCI 

Prolongement annoncé de la mission canadienne Présence Mali pour un mois – RCI 

Une attaque meurtrière à Gao, au Mali, où les militaires canadiens sont déployés – RCI 

Share
Catégories : International, Politique
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*