Le premier ministre, Justin Trudeau, en compagnie de l'ancienne ministre, Jody Wilson-Raybould. Crédit: La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Affaire SNC-Lavalin : blâme pour le premier ministre Trudeau qui aurait contrevenu à la loi sur les conflits d’intérêts

Share

Mario Dion, le commissaire à l’éthique a donné un blâme à Justin Trudeau, car il aurait usé de sa position d’autorité pour tenter d’influencer l’ex-procureure générale du Canada, Jody Wilson-Raybould, dans le cadre de l’affaire SNC-Lavalin.

Un contexte préélectoral sensible pour les libéraux

Ce blâme arrive dans un contexte où les partis sont en quasi-campagne électorale.

« Le commissaire estime dans son rapport que Justin Trudeau a usé de ses pouvoirs pour tenter d’influencer, tant directement que par le biais de personnes sous son autorité, l’ex-procureure générale du Canada, et qu’il a par conséquent contrevenu à l’article 9 de la loi sur les conflits d’intérêts ».

Bien qu’il n’y ait pas de conséquences pénales à la suite de ce rapport, ce qu’on pourrait redouter, c’est l’incidence du blâme sur la campagne électorale et sur l’orientation du vote pour les libéraux. Ces derniers semblaient reprendre du poil de la bête, après avoir baissé dans les sondages lorsque l’affaire SNC-Lavalin a éclaté en début d’année.

En résumé, il s’agit d’une affaire de corruption impliquant la compagnie SNC-Lavalin dans ses interactions avec le gouvernement libyen en Afrique, en vue d’obtenir des contrats. Alors qu’une menace de procès plane sur la multinationale québécoise, avec un risque de suspension de tout contrat pendant une dizaine d’années avec le gouvernement fédéral, elle se serait rapprochée des services du premier ministre pour tenter d’obtenir un arrangement à l’amiable. En clair, la compagnie aurait voulu un accord de réparation qui se serait traduit par une annulation du procès.

Cette approche a été au centre de l’affaire qui a créé tout un chamboulement au sein de l’équipe libérale, entraînant une vague de démissions, y compris parmi les plus proches de Justin Trudeau.

En raison d’un soupçon de trafic d’influence sur la personne de l’ex-procureure générale Jody Wilson-Raybould, alors ministre de la Justice, pour qu’elle use de ses pouvoirs pour mettre un terme aux poursuites judiciaires contre SNC-Lavalin et « sauver des milliers d’emplois », certains des démissionnaires ont eu à témoigner devant le comité de justice.

Parmi  eux, Gerald Butts, l’ex-conseiller et ami de longue date du premier ministre, et Mme Wilson-Raybould elle-même. Cette dernière a claqué la porte du gouvernement, où elle avait été nommée par la suite au poste de ministre des Anciens Combattants. Une mutation considéré comme une rétrogradation, une façon pour le premier ministre de la punir pour son entêtement.

Le commissaire à l’éthique relance ce dossier avec un rapport qui vient en quelque sorte jeter une ombre sur les libéraux et nourrir les critiques de leurs adversaires.


Justin Trudeau © THE CANADIAN PRESS IMAGES/Graham Hughes

En direct de Niagara on the Lake, en Ontario, où il était en visite mercredi pour souligner les investissements dans les infrastructures, Justin Trudeau a réagi aux conclusions du rapport.

« Tout d’abord, j’aimerais remercier le commissaire pour son rapport, même si je suis en désaccord avec certaines de ses conclusions. J’accepte le rapport et j’assume la responsabilité totale de ce qui s’est passé dans mon cabinet. Je suis en désaccord avec le fait qu’il dise que tout contact avec la procureure générale était inapproprié. Je ne peux pas m’excuser pour m’être tenu debout pour défendre les emplois des Canadiens. Nous devons pouvoir défendre l’intérêt public tout en respectant l’intégrité de nos institutions.

« C’est pourquoi j’ai demandé à Mme McLellan de produire un rapport en rassemblant plusieurs experts, pour étudier le rôle du procureur général et faire en sorte qu’il n’y ait plus de conflit d’intérêts. Je vais m’efforcer de mettre en œuvre les recommandations qu’elle a faites. Je reconnais que c’est une situation qui n’aurait jamais dû arriver. J’ai le désir de protéger les Canadiens et notre système judiciaire. Nous prendrons des mesures pour que de telles situations ne se reproduisent plus », a affirmé Justin Trudeau.

Un rapport accueilli par l’opposition comme du pain bénit

Soulignant tous les scandales passés du Parti libéral, Andrew Scheer, le chef du Parti conservateur, a soutenu que c’est une tradition qui s’inscrit dans l’ADN de ce parti. Peu avant, il a mentionné sur Twitter que Justin Trudeau a usé de ses pouvoirs pour « servir ses amis et punir ses critiques ».

« Justin Trudeau est le tout 1er  premier ministre à avoir été trouvé coupable de conflit d’intérêts par deux fois. Aujourd’hui, il a été trouvé coupable d’interférence dans le cadre de l’affaire SNC-Lavalin. Avant, il avait été coupable de conflit d’intérêts dans le cadre de l’affaire Aga Khan au sujet de vacances luxueuses payées sur une île par un riche homme d’affaires controversé. Trudeau n’est pas la personne qu’il a promis qu’il serait. Comme l’a noté le commissaire, l’autorité du premier ministre et de son bureau a été utilisée pour outrepasser la loi », a relevé le chef conservateur dans une entrevue à Radio-Canada.

M. Scheer a aussi remis en cause le rapport du premier ministre avec la vérité, parce qu’il avait nié toute tentative d’influence de la part de son cabinet pour donner une orientation à l’ex-procureure générale dans ce dossier.

« Justin Trudeau a totalement renié cette histoire. Il a dit qu’il n’avait jamais mis de pression sur Wilson-Raybould, et nous savons aujourd’hui que c’est faux. M. Trudeau n’est pas celui qu’il prétend être. Il a tellement menti que personne ne peut croire ce qu’il dit. À la veille des élections, je pense que le choix est clair pour les Canadiens. M. Trudeau ne va jamais faire face au tribunal pour sa responsabilité dans cette affaire, mais il va faire face aux Canadiens au cours des prochaines semaines. Entre un gouvernement qui ne respecte pas les lois et un gouvernement conservateur qui observera les règles d’éthique, le choix est clair pour les Canadiens. Je pense qu’il y a assez de preuves pour qu’une enquête soit ouverte par la GRC », a-t-il ajouté.

Allant dans le même sens, le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) Jagmeet Singh a remis en cause le favoritisme de Justin Trudeau envers ses amis et des puissants.

« M. Trudeau ne peut pas être à nouveau premier ministre du Canada […] Il faut choisir de voter pour le NPD qui met les intérêts du public avant tout », a affirmé M. Singh.

Avec Radio-Canada et Twitter
Share
Catégories : Politique
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*