Les scientifiques ont découvert jusqu'à neuf types différents de plastique dans les selles de chaque personne ayant participé à une étude européenne. En moyenne, les chercheurs ont trouvé 20 particules microplastiques dans chaque 10 grammes de selles, ce qui suggère que les humains les avalent dans les aliments. ( Getty Images/iStockphoto )

Microplastiques dans notre eau potable : faibles risques selon l’OMS

Share

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que les microplastiques contenus dans l’eau, qu’elle soit en bouteille ou à la sortie du robinet, présentent un « faible risque » pour la population étant donné leurs niveaux relativement faibles.

L’OMS admet tout de même que des recherches supplémentaires sur leur ingestion sont nécessaires pour rassurer les consommateurs.

Bruce Gordon – OMS

La publication récente de résultats d’études sur la présence de particules de plastiques détectées dans l’eau suscite l’inquiétude du public, mais les données limitées semblent pour le moment rassurantes, affirme Bruce Gordon, du département de la santé publique, de l’environnement et des déterminants sociaux de la santé de l’agence des Nations unies.

La plus grande menace globale pour la santé dans le secteur de l’eau proviendrait en fait des agents pathogènes microbiens, y compris les déchets humains et animaux entrant dans les sources d’eau, qui causent des maladies diarrhéiques mortelles, en particulier dans les pays pauvres dépourvus de systèmes de traitement de l’eau, estime l’OMS.

Quelque deux milliards de personnes boivent de l’eau contaminée par des matières fécales. Cela cause près d’un million de décès chaque année, a ajouté M. Gordon. « Cela doit être l’objectif des régulateurs du monde entier, a-t-il dit.

Réagissant aux conclusions de l’OMS, Alice Horton, chercheuse en microplastiques au National Oceanography Centre en Grande-Bretagne, a déclaré : « Il n’existe pas de données disponibles montrant que les microplastiques présentent un risque pour la santé humaine, mais cela ne signifie pas nécessairement qu’ils sont inoffensifs. »

Ce qu’il arrive quand vous buvez du plastique

(Franck Fife/AFP/Getty Images)

Selon les plus récentes recherches sur le sujet, la majorité des particules de plastique dans l’eau ont un diamètre supérieur à 150 micromètres et finissent par être excrétées par le corps, tandis que les particules plus petites sont plus susceptibles de traverser la paroi intestinale et d’atteindre d’autres tissus et de s’y loger.

La pollution plastique est si répandue dans l’environnement que vous pourriez en ingérer cinq grammes par semaine, ce qui équivaut à manger une carte de crédit, selon une étude commandée par l’organisation caritative environnementale WWF International en juin dernier.

L’OMS ne recommande pas la surveillance systématique des microplastiques dans l’eau potable, mais elle croit que les futures enquêtes devraient se concentrer sur des questions telles que ce qui arrive aux additifs chimiques contenus dans les particules de plastique une fois qu’elles pénètrent dans le conduit gastro-intestinal des citoyens.

La réduction des plastiques à usage unique est sur toutes les lèvres

(Photo : /Mark Baker/THE CANADIAN PRESS/AP)

Plus tôt cet été, le Canada indiquait aux consommateurs son intention d’interdire, d’ici 2021, la vente et l’utilisation des produits en plastique à usage unique, comme les pailles, les cotons-tiges, les assiettes et les sacs.

Le gouvernement fédéral a procédé à un examen approfondi et dressé une liste des objets de consommation qui devront être interdits pour réduire ultimement les millions de tonnes de déchets de plastique qui finissent dans les océans chaque année.

Environnement et Changement climatique Canada affirme que les Canadiens jettent plus de 34 millions de sacs de plastique chaque jour. C’est un problème mondial parce que la plupart de ces sacs finissent dans les sites d’enfouissement et qu’ils peuvent prendre jusqu’à 1000 ans avant de se décomposer.

Voyez comment le Canada donne l’exemple et indique la marche à suivre

La prolifération des articles en plastique à usage unique, comme les bouteilles d'eau, les pailles et les emballages alimentaires, provoquerait un désastre écologique. Photo : iStock / Daisy-Daisy

Le Canada interdira la consommation des plastiques à usage unique dès 2021

Lors du sommet du G7 dans Charlevoix, au Québec, en juin 2018, le premier ministre Trudeau a annoncé la création de la Charte des plastiques océaniques, une initiative du Canada et entérinée par la France, l’Allemagne, l’Italie, le Royaume-Uni et l’Union européenne.

Tous ces pays s’entendent pour prendre des mesures pour réduire la pollution. Certains d’entre eux ont adopté des lois visant à réduire la consommation de plastique.

Les entreprises canadiennes se mobilisent aussi pour éliminer le plastique. Des détaillants comme Ikea, Walmart, KFC, A&W, Starbucks et Subway ont commencé à éliminer les pailles de plastique et cherchent des solutions de rechange pour les couvercles et les couverts en plastique de leurs produits.

Air Canada affirme qu’à compter de cet été, elle a commencé à remplacer des millions de bâtonnets de plastique par du bois sur tous les vols.

Walmart, le plus grand détaillant du monde, a promis aux Canadiens qu’il réduira davantage l’utilisation des sacs de plastique à la caisse et remplacera les pailles de plastique par celles en papier. Il éliminera aussi le PVC, difficile à recycler, le polystyrène expansé et les emballages en plastique inutiles dans tous ses produits de marque maison.

RCI avec Reuters, La Presse canadienne, les informations d’Hannah Thibedeau de CBC News et la contribution de Guillaume Hubertmont, Jean-Louis Bordeleau, Catherine François, Isabelle Levesque, Le Bigot et Catherine Perrin de Radio-Canada

LISEZ : Des particules de plastiques retrouvées dans la chaîne alimentaire humaine

Des enfants observent des bouteilles en plastique et d’autres déchets dans un canal d’évacuation des eaux usées à Phnom Penh, au Cambodge, le 28 juin 2018. (Crédit photo : Reuters/Samrang Pring)

/

En complément

Première au Canada : une province interdit les sacs en plastique à usage unique – RCI 

Recyclage du plastique : stratégie nationale pour les entreprises productrices et utilisatrices – RCI

Réduire l’utilisation du plastique pour stimuler l’économie, le pari de la sénatrice Galvez – RCI

Share
Catégories : Environnement, International, Politique, Santé
Mots-clés : , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*