Un panneau indique aux visiteurs qu'ils doivent se laver les mains, à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, à Montréal, en juillet 2019. PHOTO : RADIO-CANADA / IVANOH DEMERS

Stop aux infections attrapées dans nos hôpitaux : une autre bonne nouvelle

Share

Une autre bonne nouvelle vient aux oreilles des Canadiens inquiétés par la perspective de contracter une infection mortelle lors d’une hospitalisation.

Moins de patients attrapent des infections dans les hôpitaux: une baisse de 30 % – Photo : PC

Les infections comme celles causées par la bactérie C. difficile ont baissé du tiers au pays (30 %), entre 2009 et 2017, selon l’analyse d’un groupe de chercheurs faisant partie du Programme canadien de surveillance des infections nosocomiales (PCSIN).

Selon les données du Programme canadien de surveillance des infections nosocomiales, la proportion de patients qui a attrapé une infection à l’hôpital en 2017 était de 7,9%, soit une baisse spectaculaire par rapport à la proportion de 11,3% qui avait été enregistrée en 2009.

L’infection la plus courante en 2017 était l’infection urinaire (32% du total des infections) suivie de la pneumonie (23% du total des infections recensées), des infections du site opératoire (20%), des infections du système sanguin (15 %) et des infections causées par la bactérie C. difficile (9%).

Pour cette analyse qui s’est étalée sur plusieurs années, les chercheurs rapportent que 6747 patients y ont participé en 2002, 8902 en 2009 et 9929 en 2017.

Une section de l’Hôpital général juif de Montréal est transformée en zone d’isolement pour les patients porteurs d’une bactérie résistante aux antibiotiques en 2018. PHOTO : RADIO-CANADA / MARTIN THIBAULT

Des résultats d’études qui se suivent et se ressemblent

Au sujet des infestions liées à la bactérie C. difficile, une autre étude publiée récemment dans le Journal de l’Association médicale canadienne, affirmait que ces infections dans les hôpitaux avaient diminué de 36 % de 2009 à 2015, là aussi dans toutes les régions du Canada, sans exception.

Cela suggère que les hôpitaux canadiens ont utilisé une variété de méthodes pour prévenir les infections, comme une amélioration du lavage des mains, de meilleurs programmes de gestion de l’utilisation des antimicrobiens, parmi d’autres mesures.

Les améliorations des mesures de contrôle des infections – telles que l’amélioration des tests, l’utilisation plus judicieuse des antibiotiques, le lavage fréquent des mains et le nettoyage plus fréquent et intensif des hôpitaux durant la dernière décennie – peuvent avoir contribué à la baisse des taux d’infection.

Les hôpitaux du pays peuvent encore aller plus loin dans leur combat contre les infections

Photo : Istock

De nouvelles bactéries à combattre

Si les nouvelles concernant le combat des hôpitaux canadiens contre la bactérie C. difficile notamment s’avèrent des plus encourageantes, les inquiétudes croissent par rapport à la présence de nouveau type de bactéries.

Les entérobactéries qui sont résistantes à une classe d’antibiotiques appelée «carbapénèmes», ce qui rend les infections extrêmement difficiles à traiter, ont été identifiées pour la première fois en 2017.

Dans l’ensemble, très peu de cas d’infections sont signalés à ce jour dans les hôpitaux, mais une surveillance accrue serait de mise.

Plus de travail est nécessaire pour prévenir les infections associées aux instruments médicaux et à ces organismes résistants aux antibiotiques, préviennent les membres du PCSIN.

Un nouveau détecteur de bactérie C. difficile : le nez de ces deux chiens

Un chien recherche des traces de la bactérie C. difficile. PHOTO : BENOÎT FERRADINI-Radio-Canada

Des chiens renifleurs de bactéries ont découvert près de 400 sources de bactérie Clostridium difficile à l’Hôpital général de Vancouver entre 2017 et 2018, selon une étude toute récente de la revue Canadian Journal of Infection Control qui s’est penchée sur ce programme canin unique en Amérique du Nord.

Deux épagneuls, traditionnellement utilisés pour la chasse, spécialement dressés pour traquer l’odeur de la bactérie C. difficile ont repéré la bactérie à 391 reprises en 18 mois, lors de 659 séances de recherches avec leurs dresseurs.

Devant ce succès, les chiens Angus et Dodger iront travailler dans d’autres hôpitaux, notamment en Ontario. Un autre épagneul de 2 ans, Rudi, suit un entraînement pour se joindre à l’équipe canine de Vancouver.

Les dresseuses Jaime Knowles et Teresa Zurberg tiennent en laisse les chiens Rudi, Dodger et Angus avant un exercice de détection PHOTO : BENOÎT FERRADINI-Radio-Canada

RCI avec La Presse canadienne et la contribution d’Alain Gravel, Jacques Dufresne et Benoît Ferradini de Radio-Canada

En complément

Hausse des infections transmises sexuellement au Canada – RCI 

Des produits d’hygiène vaginale triplent les risques d’infections, selon une étude canadienne – RCI 

Selon des chercheurs québécois, le sirop d’érable combat les infections tenaces – RCI 

Share
Catégories : Internet et technologies, Santé
Mots-clés :

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Stop aux infections attrapées dans nos hôpitaux : une autre bonne nouvelle
  1. Avatar Anne-Marie Demers dit :

    Excellent article, bien écrit. Je vous signale toutefois une erreur grammaticale au premier paragraphe, erreur qui se répète au cinquième. Il fallait laisser invariables les participes passés « baissées » et « diminuèes », car ils sont précédés du verbe avoir (qui interdit l’accord avec le sujet) et non du verbe être, qui l’exige. Donc, »ont baissé  » et « avaient diminué ». Dans rancune et bonne journée !