Le premier ministre Justin Trudeau lorsqu'il prenait la parole à la 71e session de l'Assemblée générale des Nations unies en septembre 2016. (Twitter/ @PMcanadien)

Candidature contestée du Canada à un siège au Conseil de sécurité de l’ONU

Share

Justin Trudeau, qui vient d’être réélu de justesse premier ministre du Canada il y a deux semaines, fait face à un autre vote difficile concernant la candidature du Canada pour l’obtention d’un siège au Conseil de sécurité de l’ONU en 2021.

Le Conseil compte cinq membres permanents qui exercent leur droit de veto : les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, la Russie et la Chine, aussi connus sous le nom de P5. Les 10 sièges restants sont répartis par région.

Or, à huit mois de la tenue du vote à l’ONU, cette candidature canadienne semble en sérieuse difficulté selon des diplomates qui ont confié à CBC News que la candidature tardive du Canada représente un handicap important.

Stephen Harper devant l’Assemblée générale des Nations unies en 2014 Crédit photo : PC / Sean Kilpatrick

Le Canada est l’un des membres fondateurs de l’ONU, mais sa popularité au sein de l’organisation a été amoindrie sous le premier ministre conservateur Stephen Harper (2006-2015).

Il avait souvent choisi de ne pas participer à l’Assemblée générale annuelle, ainsi qu’à d’autres rencontres de haut niveau. Il s’était aussi rangé sans nuances dans le camp d’Israël.

Depuis son arrivée au pouvoir, en 2015, l’idée fixe du premier ministre Justin Trudeau, en politique internationale, est son désir de voir le Canada reconquérir une place au Conseil de sécurité, d’où le pays a pour ainsi dire été éjecté officiellement en 2010. Le Canada a fait partie du Conseil de sécurité six fois depuis 1948, dont la dernière remonte à 1999-2000.

La Norvège ou l’Irlande en avance sur le Canada?

Le Canada se heurte à ces deux pays qui ont de solides antécédents d’appui à l’ONU. La Norvège est le plus grand donateur d’aide étrangère par habitant. Selon les chiffres les plus récents, Oslo consacre près de 1 % de son revenu national brut (RNB) à l’aide publique au développement (APD), tandis que l’Irlande contribue 0,32 %. Le Canada occupe le troisième rang avec 0,27 % de son RNB.

Le Canada a présenté officiellement sa candidature en 2016, soit environ 10 ans après que l’Irlande (2005) et la Norvège (2007) eurent annoncé leur candidature au même siège non permanent.

« Ce n’est pas très agréable de couper la ligne de cette façon », a déclaré un diplomate européen de haut rang qui a pris la parole sous couvert de l’anonymat. Certains États ont déjà conclu des accords de réciprocité avec les deux autres candidats, comme l’échange de voix, « et nous ne pouvons rompre ces engagements », a-t-il ajouté.

Le Canada n’a pas fourni de raison « justifiable » pour vouloir « être membre du Conseil à ce point et maintenant, a dit un autre diplomate de haut rang du Moyen-Orient. Donne-moi une raison. Explique-moi ça. »

Beaucoup d'agent inversti
Le Canada a dépensé à ce jour 1 865 269 $ pour sa campagne en vue d’obtenir un siège au Conseil de sécurité.
Cette somme ne comprend pas les salaires des 13 employés du gouvernement nommés pour travailler à temps plein dans le cadre de la candidature du Canada.

Le Conseil de sécurité de l’ONU. Crédit photo : EMMANUEL DUNAND

Surveiller les réactions des pays du Moyen-Orient

Ce même fonctionnaire ajoute que le Canada a perdu un certain appui à sa candidature lorsqu’il s’est abstenu sur une résolution clé de l’Assemblée générale en décembre 2017, demandant aux États-Unis d’annuler leur décision de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël.

« Cela affectera la décision de nombreux pays arabes », a déclaré le diplomate de haut rang du Moyen-Orient.

De plus, le Canada s’abstient régulièrement de voter, ou vote contre plus d’une douzaine de résolutions récurrentes sur les questions palestiniennes dont l’Assemblée générale est saisie chaque année, notamment les résolutions sur l’autodétermination des Palestiniens, la souveraineté de ce peuple sur les ressources naturelles et l’illégalité des colonies israéliennes.

RCI avec les informations de Melissa Kent  de CBC News et la contribution de Radio-Canada

En complément

Que feriez-vous si vous obteniez un siège au Conseil de sécurité de l’ONU? – RCI 

Plus de Casques bleus canadiens contre un siège au conseil de sécurité de l’ONU – RCI 

Le Canada militera pour retrouver un siège temporaire au Conseil de sécurité de l’ONU – RCI 

Share
Catégories : International, Politique
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*