En brouille avec les quatre grandes superpuissances, où s’en va le Canada?

Le Canada entretient des relations particulièrement tendues en ce moment avec les quatre grandes puissances mondiales : les États-Unis, la Russie, la Chine et l’Inde.

Nous en parlons avec Jocelyn Coulon qui vient de publier le livre Un selfie avec Justin Trudeau dans lequel il affirme qu’il existe « un aveuglement idéologique de la part des dirigeants canadiens qui font de l’imposition des principes libéraux au reste du monde une véritable croisade.

Jocelyn Coulon, politologue, journaliste et politicien québécois, est chercheur au Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal.

Écoutez ou regardez Tam-Tam Canada du vendredi 6 décembre 2019 – 43:43

Écoutez

Découvrez nos archives sur le même sujet

Priorité pour le nouveau ministre canadien des Affaires étrangères
François-Philippe Champagne semble s’être préparé depuis longtemps à ses nouvelles fonctions ministérielles. Il a passé de nombreuses années de sa vie à l’étranger. Dans une entrevue accordée à Radio-Canada, il y a quelque temps, il concluait : « Je suis celui qui a vu le Canada à l’étranger. Je suis en mesure aujourd’hui de comprendre comment on est vus. »

La Chine n’est pas un adversaire du Canada, avance notre ministre de la Défense
Le ministre de la Défense Harjit Sajjan affirme qu’il ne voit pas la Chine comme un adversaire, malgré les tensions autour de la détention de deux ressortissants canadiens en sol chinois. Le ministre rappelle que les deux pays coopèrent « sur certains aspects commerciaux » et qu’il est maintenant temps, à ses yeux, de chercher des solutions ensemble.

Le Canada vote contre Israël à l’ONU, en rupture avec Trump sur la Palestine
En rupture avec la toute récente position des États-Unis au sujet des Palestiniens, le Canada vient de voter contre les prétentions d’Israël à l’ONU. Il a appuyé une résolution des Nations unies en faveur du droit des Palestiniens à l’autodétermination. Il s’agit d’une volte-face historique.

Chrystia Freeland : La grosse pointure canadienne aux Affaires étrangères qui dérange la Russie
Comme l’explique le spécialiste de l’Ukraine, Dominique Arel, titulaire de la Chaire d’études ukrainiennes à l’Université d’Ottawa, Mme Freeland connaît très bien l’économie politique et en particulier le secteur de l’énergie parce qu’elle a été correspondante, entre autres, pour le Financial Times en Russie.

Remaniement ministériel à Ottawa : les Affaires étrangères changent de titulaire
Stéphane Dion quitte la vie politique et cède son fauteuil à Chrystia Freeland, jusque-là ministre du Commerce international.
Mme Freeland, une ex-journaliste économique, s’est fait remarquer notamment en parvenant à faire signer, in extremis, l’automne dernier, le traité de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne.

Virage plus batailleur des affaires étrangères sous John Baird
Lorsqu’on se mettra à décrire dans les livres l’histoire, l’empreinte laissée sur le reste de la planète par ce ministre plein de fougue, il faudra mentionner en caractère gras une série de gestes qui ont érodé l’image conciliatrice internationale du Canada pour lui substituer un ton plus batailleur et polarisateur.

Le meilleur de la semaine en images

Catégories : Histoire, International, Politique
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*