(B'Nai Brith-via CBC)

Justice : cet ex-nazi de 95 ans se fait montrer la porte de sortie au Canada

Helmut Oberlandern, qui lutte contre sa déportation du Canada depuis 1995, vient d’échouer dans sa tentative de convaincre la Cour suprême d’entendre sa cause. Cela constituait son dernier recours juridique.

(warfarehistorynetwork.com)

Son avocat affirmait qu’il avait été enrôlé à l’âge de 17 ans et qu’il n’avait lui-même participé à aucun crime.

Bien que cet ancien membre d’une unité de l’Einzatzkommando n’ait effectivement jamais été accusé d’avoir commis des crimes de guerre, le gouvernement du Canada avait décidé de le dépouiller de sa citoyenneté en 1995.

On reprochait à Helmut Oberlandern, arrivé au Canada en 1954 et devenu citoyen en 1960, d’avoir « déformé » son passé en dénaturant considérablement ses activités en temps de guerre au sein d’un escadron de la mort nazi lorsqu’il avait fait sa demande de citoyenneté.

Selon les enquêteurs de la GRC, il aurait été interprète au sein des Einzatzkommandos qui étaient les escadrons d’extermination ciblant les Juifs de l’ex-Union soviétique.

Helmut Oberlander rétorque qu’il a dû se joindre de force à l’armée à l’adolescence et que la peine encourue pour une désertion aurait été son exécution.

L’Agence des services frontaliers du Canada s’attend maintenant à ce que l’homme qui habite depuis 65 ans la région de Waterloo, en Ontario, soit expulsé en priorité.

Cela pourrait cependant ne pas se produire dans l’immédiat puisqu’une expulsion nécessite des documents de voyage délivrés par un gouvernement étranger, or Oberlander n’a plus sa nationalité allemande depuis 1960.

Est-il trop vieux pour que justice soit rendue?

Helmut Oberlander l’an dernier (PC)

Des groupes juifs du pays ont salué la décision de la Cour suprême de ne pas permettre à un homme âgé ayant menti au sujet de son appartenance à un escadron de la mort nazi au cours de la Seconde Guerre mondiale de continuer à se battre pour conserver sa citoyenneté canadienne.

« Beaucoup trop de nazis ont réussi à se tirer d’affaire, à mener une vie relativement normale et à jouir de la liberté dont leurs victimes ont été privées lors de l’Holocauste. Bien que la justice dans cette affaire soit attendue depuis longtemps, il n’est pas trop tard pour que justice soit rendue », peut-on lire dans une déclaration des Amis du Centre Simon Wiesenthal pour les études sur l’Holocauste.

Bernie Farber, ancien PDG du Congrès juif canadien, affirme que l’âge ne devrait pas être un facteur dans les poursuites judiciaires ou les jugements contre les ex-nazis.

Il a confié à CBC News : « Nous ne devrions pas penser à ceux qui, comme Oberlander, ont permis aux nazis de perpétrer le génocide, comme ils sont aujourd’hui des personnes âgées, malades et sur le point de mourir. Nous devons nous souvenir d’eux tels qu’ils étaient il y a 75 ans : de jeunes brutes en bonne santé qui terrorisaient volontairement et continuellement des enfants, des bébés, des hommes et des femmes innocents. Ils ne méritent pas notre sympathie. »

Une justice politique?

L’avocat de M. Oberlander, Ronald Poulton, déclare que cette décision représente un déni de justice pour un homme handicapé qui n’a pas de pays dans lequel retourner si les procédures d’expulsion progressent.

« Aujourd’hui, la politique a triomphé. La démocratie et l’État de droit ont été perdus », a-t-il dit.

Une longue affaire qui a traîné en justice

Les tribunaux canadiens ont convenu à plusieurs reprises que la citoyenneté de M. Oberlander devrait être révoquée parce qu’il a menti sur sa participation à une escouade nazie.

En juin 2017, le gouvernement fédéral a révoqué la citoyenneté canadienne de M. Oberlander pour la quatrième fois depuis le milieu des années 1990. Le gouvernement a soutenu qu’il était complice de crimes de guerre en raison de son appartenance à l’escadron de la mort.

En septembre 2018, le juge Michael Phelan de la Cour fédérale a confirmé que la décision du gouvernement était raisonnable.

Les gouvernements libéral et conservateur ont poursuivi en justice Helmut Oberlander depuis 1995, car il a menti sur sa participation au sein d’une escouade meurtrière nazie.
Crédit photo : PC / Peter Lee

RCI avec les informations de CBC News, Marc Montgomery de RCI, La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

Le gouvernement canadien retire à nouveau la citoyenneté à un ex-nazi – RCI 

Profanation : le Canada accusé de révisionnisme de l’Holocauste en Ukraine – RCI 

Le Canada commémore le génocide des Roms au cours de la Seconde Guerre mondiale – RCI 

Catégories : Histoire, Immigration et Réfugiés, International, Politique, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*