Journée de commémoration des victimes de l’Holocauste

Montréal commémore l’Holocauste : un devoir de mémoire

Le 17 janvier est la Journée internationale de commémoration des victimes de l’Holocauste marqué par le 75e anniversaire de la libération du camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. Pour rendre hommage à la mémoire des disparus, le Musée de l’Holocauste de Montréal organise plusieurs moments forts en ouvrant ses portes gratuitement au public.

Les survivants Angela Orosz et Michel Siritsky viendront témoigner en anglais et en français. Entre 1941 et 1945, environ 60 % des juifs d’Europe (6 millions de personnes) ont péri lors du génocide, dont le terme Shoah signifie « catastrophe » en hébreu moderne.

« L’Holocauste a été l’un des chapitres les plus sombres de l’histoire de l’humanité. Aujourd’hui, nous honorons la mémoire de plus de six millions de Juifs qui ont été assassinés sans raison durant l’Holocauste et des innombrables autres victimes des atrocités perpétrées par le régime nazi », a déclaré le premier ministre Justin Trudeau.

Le Musée de l’Holocauste organise également un atelier d’illustration pour les jeunes en compagnie du survivant Fishel Goldig et d’Éléonore Goldberg, créatrice de l’œuvre d’animation Mon Yiddish Papi.

Dans ce film produit par l’ONF, une jeune femme décide de ne pas répondre à un appel téléphonique de son grand-père quelque temps avant sa mort. Après sa disparition, sa petite-fille est alors submergée par la culpabilité et les regrets. Elle se souvient de cette promesse faite jadis : celle de dessiner les aventures de son grand-père, résistant durant la guerre.

Qui est Fishel Goldig, survivant de l’Holocauste?

Fishel Goldig est né en 1933 à Mielnica en Pologne (aujourd’hui en Ukraine). En 1942, Fishel et sa famille sont forcés dans le ghetto de Borszczow. La majorité de sa famille a échappé au ghetto et a vécu dans la forêt pendant plusieurs mois. Un fermier ukrainien a caché Fishel et plusieurs membres de sa famille. Ils ont vécu dans un trou creusé sous la maison pendant 22 mois.

Après la libération, la famille de Fishel a passé deux ans dans un camp de personnes déplacées à Pocking avant d’immigrer au Canada. Ils se sont installés à Montréal, où Fishel s’est rendu à la yeshiva et a étudié la littérature, l’art et la musique. Il a poursuivi une carrière dans le commerce. Aujourd’hui, Fishel est un bénévole dévoué au Musée de l’Holocauste de Montréal.

(Source : Musée de l’Holocauste de Montréal)

Auschwitz, symbole de l'Holocauste. 75 plus tard, avons-nous tiré des leçons de cette tragédie? Entrevue avec Léon Celemencki, survivant de l'Holocauste, et Audrey Licop, directrice générale adjointe du Musée de l'Holocauste de Montréal

Lire aussi :

Profanation : le Canada accusé de révisionnisme de l’Holocauste en Ukraine

Holocauste : mort du négationniste Ernst Zündel qui avait été expulsé du Canada

« Ziva Postec, la monteuse derrière le film Shoah », un film de Catherine Hébert

Catégories : Histoire, Religion
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*