Encouragé par le soutien international, Juan Guaido cherche à fissurer la loyauté de l'armée et à renverser Maduro. PHOTO AFP

Défiant la justice, le leader de l’opposition vénézuélienne visite le Canada

Au terme d’un peu plus d’un an de crise politique, le leader de l’opposition vénézuélienne, Juan Guaido, est en mission au Canada à la recherche d’appuis pour évincer du pouvoir le président socialiste Nicolas Maduro.

Dans le cadre d’une tournée internationale, il rencontrera Justin Trudeau lundi. Rappelons que le Canada joue avec les États-Unis depuis plus d’un an un rôle diplomatique de premier plan dans une opération visant à faire perdre pied au dirigeant Nicolas Maduro. Guaido s’est déjà rendu à Londres, à Paris, à Madrid et au Forum économique de Davos.

Le Canada est l’une des 50 nations qui ont reconnu le chef du Congrès de la nation sud-américaine comme président intérimaire du Venezuela l’année dernière, parce que la réélection de Maduro était illégitime.

Malgré ce soutien international dont bénéficie Juan Guaido, Nicolas Maduro conserve le contrôle de tous les aspects pratiques du gouvernement.

Le président du Venezuela Nicolas Maduro Photo : AP

Un voyage à son corps défendant

Le bureau du premier ministre Justin Trudeau a déclaré que les principaux ministres du Cabinet rencontreraient M. Guaido, dont le périple défie une interdiction de voyager imposée par la Cour suprême du Venezuela, favorable au président Maduro.

« Je félicite le président intérimaire Guaido pour le courage et le leadership dont il a fait preuve dans ses efforts pour rétablir la démocratie au Venezuela, et je lui offre le soutien continu du Canada », a fait savoir ce week-end Justin Trudeau dans une déclaration écrite

Le Canada a imposé l’an dernier des sanctions contre les responsables du gouvernement de Maduro, et il s’est joint à cinq autres nations pour demander la comparution du président Maduro devant la Cour pénale internationale.

C'ÉTAIT IL Y A UN AN DÉJÀ! Le Canada se joint aux États-Unis pour reconnaître le chef de l’opposition Juan Guaido comme président du Venezuela

Au début février 2019, le Groupe de Lima était réuni à Ottawa pour trouver une sortie de crise, dans laquelle le président Nicolas Maduro s’accroche au pouvoir et que Juan Guaido, son opposant, s’est autoproclamé président intérimaire du Venezuela. Crédit photo : La Presse canadienne/Sean Kilpatrick.

Opération cachée au Venezuela : le Canada était derrière la montée des forces anti-Maduro

Le Canada a mené une opération cachée de longue haleine pour encourager la montée de l’opposition populaire au régime du président vénézuélien Nicolas Maduro.

Des diplomates canadiens à Caracas ont travaillé secrètement pendant plusieurs mois afin de favoriser une unification des partis de l’opposition derrière le candidat à la présidence Juan Guaido.

Le Canada a ainsi apporté une aide discrète aux forces démocratiques locales pour sauver ce pays de la spirale économique et politique qui a contraint plus trois millions de Vénézuéliens à fuir leur pays.

Des diplomates canadiens ont notamment maintenu des contacts étroits avec M. Guaido et d’autres membres de l’opposition. Les diplomates canadiens ont pu les aider en « facilitant les conversations avec des gens qui étaient à l’extérieur et à l’intérieur du pays » avec d’autres diplomates.

Cette discrète intervention de la diplomatie canadienne a été menée en tandem avec des pays alliés et membres du Groupe de Lima comme le Chili, le Pérou, la Colombie et le Brésil.

Juan Guaido, la main sur le cœur et tenant la Constitution, s’est déclaré président par intérim du Venezuela sous les applaudissements de partisans à Caracas les mercredi 23 janvier 2019. (AFP).

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Jean-Michel Leprince, Michel Désaultel et Philippe-Vincent Foisy de Radio-Canada

En complément

Canada-Venezuela : Ottawa reconnaît la prolongation de la validité des passeports – RCI

Le Canada suspend les activités de son ambassade au Venezuela – RCI

Venezuela : et si les sanctions occidentales aidaient plutôt la cause du président Maduro? – RCI

Catégories : International, Politique
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*