Cette brosse à cheveux fait partie des objets récupérés sur le pont inférieur du HMS Erebus par les archéologues. (Crédit photo : Parcs Canada)

Des nouveaux objets du quotidien trouvés dans une des épaves de l’expédition Franklin

Depuis la récente découverte des épaves des célèbres navires de l’expédition de Franklin disparus il y a plus d’un demi-siècle dans l’extrême nord du Canada, une équipe d’archéologues de Parcs Canada dévoile plusieurs objets ayant appartenu aux membres d’équipages.

Les navires HMS Terror et le HMS Erebus ont sombré dans les profondeurs de l’océan Arctique canadien après la désastreuse expédition menée depuis l’Angleterre par l’explorateur John Franklin en 1845. Censés trouver le fameux passage du Nord-Ouest, qui relie les océans Atlantique et Pacifique, les deux bateaux britanniques et leurs 129 membres d’équipage ont disparu dans des conditions qui demeurent mystérieuses.

Pendant trois semaines à l’automne 2019, l’équipe d’archéologie subaquatique de Parcs Canada – en collaboration avec la communauté inuite de Gjoa Haven – a réussi à récupérer après 93 plongées sur le HMS Erebus plus de 350 artéfacts, dont des épaulettes d’officier et des couverts en céramique, provenant principalement de deux cabines.

Parmi les objets découverts, l’équipe pense qu’un certain nombre d’entre eux pourraient avoir appartenu à Edmund Hoar, l’énigmatique valet du capitaine Franklin, y compris de la cire à cacheter qui porte une empreinte digitale. Les archéologues ont également récupéré une brosse à cheveux dont le manche est en citronnier et qui est garnie de poils de sanglier ou de porc-épic ainsi qu’un porte-crayon.

Rappelons que les endroits où ont été localisées les épaves, en 2014 pour le HMS Erebus et 2016 pour le HMS Terror, sont reconnus comme le premier lieu historique national géré en coopération au Nunavut. À ce titre, l’équipe de chercheurs rappelle que les Inuits ont apporté des contributions importantes à la mission scientifique de 2019, notamment un travail de catalogage des artéfacts. De plus, un programme des « gardiens inuits » a été mis en place en 2017 afin de protéger et de surveiller les bateaux pendant la saison des eaux libres.

Depuis 2018, tous les artéfacts de l’expédition de Franklin découverts sont la copropriété du gouvernement du Canada et des Inuits. Grâce à ces nouvelles trouvailles dans l’épave du HMS Erebus, les archéologues s’attendent à mieux comprendre les récits historiques et autochtones sur l’expédition de Franklin. En combinant les découvertes faites sur l’épave du HMS Terror, les chercheurs espèrent aussi élucider les mystères du drame, y compris les probables contacts entre l’équipage et les populations inuites.

Une équipe d’archéologues de Parcs Canada a dévoilé mercredi des images inédites prises à l’intérieur du célèbre navire HMS Terror, disparu mystérieusement avec le HMS Erebus dans les profondeurs de l’océan Arctique canadien. Cette découverte majeure pourrait éclairer des pans entiers de l’expédition dirigée en 1845 dans des conditions désastreuses par l’explorateur John Franklin. Le reportage de Normand Grondin

Lire aussi :

Une anthropologue canadienne tente de percer les origines de l’humanité

Un Québécois derrière la découverte en Asie de la plus ancienne peinture figurative du monde

Une épave grecque intacte de l’an 400 av. J.-C. découverte dans la mer Noire

Catégories : Autochtones, Histoire
Mots-clés : , , , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.