Il ne reste plus qu’environ 400 baleines noires de l’Atlantique Nord dans le monde. (La Presse canadienne/AP/Mario Rivera)

Une organisation appelle le Canada à mieux protéger les baleines noires

Le groupe Oceana invite le gouvernement canadien à en faire davantage pour sauvegarder la baleine noire de l’Atlantique Nord. L‘organisation américaine vouée à la protection des océans réclame à Ottawa de rendre obligatoire la réduction de la vitesse pour les gros navires qui voyagent dans le détroit de Cabot situé entre les provinces de Terre-Neuve-et-Labrador et de la Nouvelle-Écosse.

Oceana explique que le détroit de Cabot représente la porte d’entrée des baleines noires dans le golfe du Saint-Laurent. Chaque année, les cétacés en provenance du Sud se déplacent jusqu’ici pour se nourrir. À l’automne, d’octobre à novembre, les mammifères marins repartent vers le Sud en passant de nouveau dans le détroit.

Le gouvernement fédéral demande aux gros navires de réduire « volontairement » leur vitesse à 10 nœuds (environ 18 km/h) lorsqu’ils passent dans le détroit de Cabot. Mais après avoir mesuré de fin avril à la mi-juin la vitesse des gros navires dans la région, Oceana a constaté que sur les 700 bateaux observés, 67 % ne respectaient pas les recommandations gouvernementales.

C’est pourquoi l’organisation voudrait qu’Ottawa modifie sa recommandation en obligation. Notons que 50 % de la mortalité de cette espèce est due à des collisions avec des bateaux. Limiter à 10 nœuds la vitesse des navires dans les zones clés où elles vivent réduirait de façon spectaculaire la mortalité des baleines, assurent les écologistes.

Selon la spécialiste de campagne Oceana Canada, Sayara Thurston, cela fonctionne déjà dans les régions où le gouvernement canadien oblige la réduction de vitesse pour les gros navires.

« Pour cette industrie, le temps c’est de l’argent, a-t-elle dit. C’est dans son intérêt que les navires se déplacent plus vite que les recommandations. On pense que c’est important pour la survie des baleines noires que les règles soient vraiment suivies dans le détroit de Cabot. »

Rappelons que ces dernières années, en Amérique du Nord, une trentaine de baleines noires sont décédées après des collisions avec des navires ou piégées dans des filets de pêche. De ce nombre, une vingtaine sont mortes dans les eaux canadiennes. L’espèce est considérée comme en danger critique d’extinction.

Avec Radio-Canada et RDI

Catégories : Politique
Mots-clés : , , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.