On parle aux enfants d’abus sexuel dans certaines écoles du Nunavut

Share
Qikiqtarjuaq, Nunavut (Radio Canada International)
Qikiqtarjuaq, Nunavut (Radio Canada International)

Certaines écoles au Nunavut découvrent de nouvelles approches pour que leurs élèves arrivent à se protéger dans les cas d’abus sexuels. Au cours du dernier mois, trois enseignants du Nunavut, dans trois communautés distinctes, ont été accusés d’actes de grossière indécence et d’abus sexuel envers des élèves. Ces accusés doivent maintenant faire face à la justice où ces accusations devront être prouvées. Mais, pour de nombreux parents, ces incidents (faute de trouver un mot plus approprié) démontrent qu’il est urgent de mettre les enfants en garde contre de tels actes et de leur donner des moyens de s’en prémunir.

Kathy Okpik, est sous-ministre de l’Éducation au Nunavut. Elle affirme que tant la sensibilisation au phénomène que la prévention sont au programme scolaire. « Dès la troisième année du cours primaire, on discute déjà des touchers corrects et des autres » (good touch – bad touch).

Par contre, certaines écoles vont plus loin. Chaque année à l’école élémentaire Rachel Arngnammaktiq de Baker Lake, on invite des membres d’un groupe local d’aide psychologique à venir parler ouvertement d’abus sexuel aux jeunes de troisième, quatrième et cinquième années du primaire.

Jenny Tierney travaille auprès du Embrace Life Council à Iqaluit. Embrace Life Council est un groupe communautaire à but non-lucratif qui œuvre dans des domaines tels la prévention du suicide. Elle vient de recevoir une trousse appelée Be Safe Kit de la Croix Rouge canadienne contenant des livres, des CD et un plan de cours pour les enseignants afin de les aider à parler d’abus sexuel aux enfants de 5 à 9 ans.

La prévention des abus sexuels envers les enfants est une priorité dans le cadre du plan d’action du gouvernement du Nunavut en matière de prévention du suicide.

Share
Raymond Desmarteau, Radio Canada International

Raymond Desmarteau, Radio Canada International

Pour d’autres nouvelles du Canada et d’ailleurs, visitez le site de Radio Canada International.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *