Un message de 1959 dans une bouteille donne un indice sérieux sur la fonte des glaciers

Share
Glacier de l'île de Ward Hunt ( Denis Sarrazin CEN/ArcticNet)
Glacier de l’île de Ward Hunt
( Denis Sarrazin CEN/ArcticNet)
Dans le Haut Arctique, il n’est pas rare de trouver des cairns faits de roches et cailloux, construits de mains d’hommes, même en des endroits aussi retirés qu’à l’île de Ward Hunt, au nord de la côte nordique de l’île d’Ellesmere au Nunavut.

La communauté humain ;a plus proche est Grise Fjord (population 150 personnes) quelques 800 kilomètres plus au sud. De nombreux voyageurs et aventuriers qui ont parcouru ces latitudes au fil des années ont voulu laissé une marque de leur passage.

​Par contre, le message trouvé dans une bouteille l’été dernier a donné des frissons dans le dos aux scientifiques qui l’ont trouvé.

« C’était extraordinaire de tenir ce morceau de papier dans mes mains » de dire le Dr Warwick Vincent qui dirigeait une équipe de chercheurs de l’Université Laval de la station permanente de l’institution, établie en 2010. « C’était comme si j’avais dans les mains un message du passé.»

L’île de Ward Hunt, l’une des points les plus au nord du Canada. L’île de Ward Hunt, l’une des points les plus au nord du Canada. (RCInet.ca)
L’île de Ward Hunt, l’une des points les plus au nord du Canada. (RCInet.ca)

La note, signée de la main du géologue américain Paul. T. Walker, est datée du 10 juillet 1959. Elle donne des instructions précises demandant à quiconque trouverait la bouteille de mesurer précisément la distance entre un autre cairn non loin de là et le glacier.

En 1959, cette distance était de 1,2 mètre. Cet été 2013, elle est était de 101,5 mètres.

Ian Howat, professeur associé à l’Université Ohio State aux États-Unis, là où travaillait le professeur Walker à l’époque. Il affirme qu’il a fallu à son ancien collègue un sens aigu de prévoyance pour avoir laissé une note demandant le mesurer le mouvement du glacier.

« Il était carrément impossible d’obtenir des fonds de recherche pour étudier la fonte des glaciers dans les années ’50. Je crois même que les chercheurs d’à l’époque croyaient que le cairn serait englobé dans le glacier qui avançait et qu’en aucun cas, il aurait été prévisible de prédire un retrait du glacier.» »

Le message laissé en 1959 par le géologue américain Paul T. Walker. (Denis Sarazin CEN/ArticNet)
Le message laissé en 1959 par le géologue américain Paul T. Walker. (Denis Sarazin CEN/ArticNet)

Le professeur Walker n’a jamais entendu parler par la suite de son « message dans une bouteille ». De fait, à peine un mois après avoir laissé ce mot, il a été aéroporté d’urgence suite à un AVC qui l’a laissé paralysé. Il est décédé à l’hôpital, quelques mois plus tard, à 25 ans.

Après avoir lu et photographié le message, le Dr. Vincent et son équipe de l’Université Laval l’ont remis dans sa bouteille originelle en y ajoutant le leur, en espérant recevoir une réponse à leur tour à l’avenir.

Share
Raymond Desmarteau, Radio Canada International

Raymond Desmarteau, Radio Canada International

Pour d’autres nouvelles du Canada et d’ailleurs, visitez le site de Radio Canada International.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *