Whitehorse : l’air ambiant fait l’objet d’un contrôle de surveillance

Une station de mesure de qualité de l'air à Whitehorse. (Vic Istchenko/CBC)
Une station de mesure de qualité de l’air à Whitehorse. (Vic Istchenko/CBC)
Huit nouvelles stations de mesures de la qualité de l’air ont été installées à Whitehorse pour vérifier que la ville est encore aussi propre que l’avait affirmé l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2011.

À l’époque, l’OMS avait conclu que la capitale du Yukon était la municipalité la moins polluée au monde. Ses conclusions provenaient de l’unique station de Whitehorse située au centre-ville.

« Nous allons pouvoir vérifier [le taux] de particules fines de jour en jour et de saison en saison », explique Catherine Elliott, l’ajointe au bureau du médecin hygiéniste en chef du Yukon en parlant de ce projet qui durera un an. « Nous comprendrons mieux d’où proviennent nos sources de pollution. »

D’après la Dre Elliott, les stations de mesures sont installées dans différents quartiers, dont Porter Creek, Takhini North, Riverdale et Copper Ridge. Celle du centre-ville continue de fonctionner.

Le ministre de la Santé du territoire, Mike Nixon, rappelle que Whitehorse a longtemps fait l’objet de pollution atmosphérique causée par des poêles à bois dont la fumée a parfois plané sur certains quartiers.

 

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.