Le français en hausse au Yukon et en Colombie-Britannique

Share
au-yukon-les-leaders-autochtones-reunis-autour-du-developpement-economique
La ville de Whitehorse, au Yukon. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
Si la langue française poursuit son déclin dans l’ensemble du Canada, elle connaît une légère augmentation en Colombie-Britannique et au Yukon, selon les dernières données de recensement de 2016 publiées au début du mois par Statistique Canada.

Le nombre de personnes ayant le français comme langue maternelle en Colombie-Britannique, c’est-à-dire comme première langue apprise à la maison, est passé à 71 680, une augmentation de 1,3 %. Il y a une augmentation plus marquée au Yukon, de l’ordre de 11 %, 1815 répondants ayant dit avoir d’abord appris le français.

« On observe des tendances à l’échelle nationale qui sont plutôt au recul du français, mais en Colombie-Britannique, c’est stable en termes de proportion et on a de légères croissances autant pour la langue maternelle que pour l’usage du français à la maison », explique Jean-François Lepage, sociologue et analyste principal en statistiques linguistiques à Statistique Canada.

Comment expliquer cette croissance ?

Au Yukon, la situation du français est en croissance autant en nombre qu’en proportion.

« On ne peut pas confirmer ce qui explique cette croissance dans l’Ouest, car on n’a pas diffusé nos données sur l’immigration et la mobilité », dit Jean-François Lepage, qui mentionne toutefois l’immigration et la migration interprovinciale en se basant sur des tendances observées dans le passé.

Le recensement dévoile qu’une personne sur cinq au Canada parle plus d’une langue à la maison et que le français est de moins en moins parlé comme seule langue dans les foyers, mais qu’il l’est plutôt en combinaison avec une autre langue. En Colombie-Britannique et au Yukon, Statistique Canada a toutefois noté que le français parlé à la maison est en hausse.

La maîtrise du français, c’est-à-dire la capacité de soutenir une conversation dans la langue de Molière, est également en croissance autant dans la province la plus à l’ouest du pays qu’au Yukon. « On sait qu’il y a une croissance dans les programmes d’immersion française et c’est quelque chose qui favorise la connaissance de français chez les personnes qui n’ont pas le français comme langue maternelle », avance Jean-François Lepage sans pour autant confirmer de lien de cause à effet.

Le pendjabi, la langue étrangère la plus parlée

Le recensement confirme la progression des langues asiatiques parlées, plus forte que le français en général. Le pendjabi est la langue la plus parlée dans les foyers britanno-colombiens après l’anglais. Au Yukon, c’est le tagalog, langue des Philippines, qui connaît la plus forte croissance.

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *