20 décès dont la cause reste inconnue au Yukon

Share
La coroner en chef du Yukon dit qu’elle ne peut pas donner de détails au sujet des 20 cas en attente, il est donc impossible de savoir si le fentanyl était en cause. (iStock)
La cause officielle du décès de 20 personnes ne peut être établie, car les résultats des analyses toxicologiques se font attendre, explique la coroner en chef du Yukon.

Il faut six mois pour obtenir les résultats des analyses de toxicologie qui détectent la présence de drogues ou d’autres substances dans le corps. Heather Jones, coroner en chef intérimaire du Yukon, dit que le temps d’attente est le même partout au Canada.

Les échantillons du Yukon sont envoyés à la Colombie-Britannique. Les toxicologues de cette province disent que le nombre de demandes d’analyses de toxicologie a augmenté de 30 % en 2016, en partie à cause du haut nombre de décès mettant en cause le fentanyl.

Mme Jones dit qu’il faut attendre son tour et que les retards empêchent les familles des victimes de faire leur deuil. « Ça touche les familles. Nous n’avons souvent pas de résultats pendant cette période de temps. C’est une longue attente pour elles. »

Impact du fentanyl sur les laboratoires

Les analyses de toxicologie peuvent être demandées dans n’importe quel cas et sont requises lorsque la cause du décès n’est pas évidente.

Les retards pourraient toucher les services de santé publique qui cherchent à comprendre l’étendue de la crise des surdoses et à réagir rapidement.

Mme Jones dit qu’elle ne peut pas donner de détails au sujet des 20 cas en attente, il est donc impossible de savoir si le fentanyl était en cause.

Huit décès au Yukon sont liés au fentanyl depuis avril 2016. La mort la plus récente en raison d’une surdose de fentanyl a été confirmée l’été dernier.

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *