La famille d’un alpiniste qui manque à l’appel en Alaska ne perd pas espoir

Share
Marc-Andre Leclerc et sa compagne, Brette Harrington, en février 2018. (Brette Harrington/Instagram)
La compagne et la famille de l’alpiniste Marc-André Leclerc, de Squamish, près de Vancouver, remercient les membres de la communauté pour leur appui et leurs dons, après s’être rendues en Alaska dans l’espoir que les recherches, interrompues par le mauvais temps, puissent bientôt reprendre.

Une campagne de sociofinancement a déjà récolté plus de 20 000 $ pour aider la famille de Marc-André Leclerc, qui est originaire du Québec, et sa compagne, Brette Harrington, à assumer les frais de leur déplacement en Alaska, où Marc-André et son partenaire d’escalade, Ryan Johnson, ont été portés disparus mercredi.

« C’est très apprécié. C’est une situation difficile, mais nous ne perdons pas espoir », a affirmé Brette Harrington, compagne de Marc-André Leclerc

Obstacle aux recherches

Les mauvaises conditions météorologiques ont été un obstacle aux recherches. Mais celles-ci reprendront à la prochaine occasion, affirme Megan Peters, porte-parole du département de la Sécurité publique de l’Alaska, dans un courriel.

Marc-André Leclerc et son compagnon de cordée, Ryan Johnson, de Juneau, ont été héliportés en montagne le 4 mars. Après avoir atteint un sommet des Mendenhall Towers, ils ont pris contact avec leurs familles, mais ne sont pas revenus de leur escalade comme prévu.

À lire aussi :

Nombre record d’alpinistes… et de sauvetages sur le plus haut sommet du Canada, Radio-Canada

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *