L’historien inuite Louie Kamookak est décédé

Share
Image réalisée par un sonar montrant le NSM Erebus, un des navires de l’explorateur britannique Sir John Franklin, disparu dans l’Arctique en 1846. (Parcs Canada)
Image réalisée par un sonar montrant le NSM Erebus, un des navires de l’explorateur britannique Sir John Franklin, disparu dans l’Arctique en 1846.  Le savoir oral compilé par Louie Kamookak a grandement contribué à la localisation du navire.
(Parcs Canada)
Reconnu pour sa contribution à la recherche et à la découverte des restes du HMS Erebus en 2014, il était également un passeur de la tradition orale inuite.

Né à Gjoa Haven en 1959, il était un chasseur d’expérience et professeur en éducation spécialisée. Il s’est fait connaître dans le cadre des recherches des bombardes de la fameuse expédition maritime du capitaine John Franklin. En 1845, cette expédition avait pour but de réussir la première traversée du passage du Nord-Ouest. L’équipage de 128 hommes et Franklin meurent après s’être échoués dans le détroit de Victoria, dans l’archipel arctique canadien.

Louie Kamookak raconte avoir entendu parler de cette expédition par la bouche de ses grands-parents alors qu’il avait à peine huit ans. Cette expédition fait partie intégrante de la riche tradition orale inuite. C’est en s’intéressant de plus près à ces histoires et en les collectant que Kamookak a réussi à localiser où pourrait être les débris de l’un des deux bateaux de l’expédition Franklin.

Le 2 septembre 2014, les archéologues sous-marins de Parcs Canada annoncent avoir fait la découverte des débris du HMS Erebus. Les histoires collectées par Kamookak pendant plus de trente ans ont grandement contribué à cette importante découverte.

L’homme avait été désigné vice-président honorifique de la société géographique royale du Canada.

Il est décédé hier matin dans un hôpital de Yellowknife.

 

 

 

 

Share
Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *