Une rencontre Canada-États-Unis en marge du sommet du Conseil de l’Arctique

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken et le ministre canadien des Affaires étrangères Marc Garneau se sont rencontrés en marge du sommet ministériel du Conseil de l’Arctique, à Reykjavik, en Islande. (Saul Loeb/Reuters)
Le ministre canadien des Affaires étrangères, Marc Garneau, s’est entretenu mercredi à Reykjavik, en Islande, avec le secrétaire d’État américain Antony Blinken. Cette rencontre, organisée en marge de la 12e réunion ministérielle du Conseil de l’Arctique, a été l’occasion pour les deux hommes d’aborder plusieurs sujets d’actualité.

Le chef de la diplomatie américaine a réitéré l’engagement de Washington à travailler avec Ottawa sur un certain nombre de dossiers touchant les régions polaires, notamment la crise climatique, le développement durable, le secteur de la recherche scientifique, la défense et le « bien-être » des communautés autochtones.

Ces dernières années, l’Arctique est devenu un épicentre des tensions géopolitiques qui se jouent sur la planète en particulier entre les grandes puissances telles que la Chine, la Russie et les États-Unis.

« Nous nous concentrons principalement sur ce qui nous amène ici aujourd’hui, à savoir la réunion du Conseil de l’Arctique et l’engagement commun à travailler pour préserver cette région en tant que lieu de coopération pacifique et d’activités humaines positives », a déclaré M. Blinken.

De son côté, le ministre canadien des Affaires étrangères a réitéré l’intention du Canada de prioriser les populations de l’Arctique, un territoire stratégique de plus en plus convoité pour ses ressources naturelles devenues aujourd’hui accessibles par le réchauffement climatique.

« Il est important de tenir compte des peuples autochtones qui vivent dans la région polaire de l’Arctique depuis des millénaires, de la développer avec soin, mais de façon durable et, bien sûr, de tenir compte des changements environnementaux, qui se produisent très, très sérieusement en ce moment », a affirmé Marc Garneau.

« Le Canada et les États-Unis entretiennent une relation solide et durable et nous avons beaucoup en commun en ce qui concerne l’Arctique. »Marc Garneau, ministre canadien des Affaires étrangères

L’Islande assure la présidence du Conseil de l’Arctique jusqu’au 20 mai 2021, date à laquelle le pays devra passer le relais à la Russie. À ce titre, Reykjavik accueille son ultime réunion des ministres du forum régional, qui rassemble les États-Unis, la Russie, le Canada, et d’autres pays riverains du Grand Nord. Notons que des pays européens, mais aussi la Chine et l’Inde, sont des membres observateurs.

Le secrétaire d’État américain est revenu sur la présidence islandaise du Conseil dont il a loué le « leaderchip » en cette période de pandémie mondiale. « Nous sommes impatients de nous réunir autour du travail accompli par l’Islande, puis de préparer le passage de témoin à la Russie pour sa présidence. »

Ismaël Houdassine, Regard sur l'Arctique

Ismaël Houdassine est diplômé en journalisme de l’Université de Montréal. Il commence sa carrière comme reporter et journaliste culturel. Avant de rejoindre l’équipe de Radio-Canada, il a collaboré durant plusieurs années pour plusieurs médias, notamment l’Agence QMI et Le HuffPost.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.