Raymond Desmarteau
Raymond Desmarteau
Raymond Desmarteau en quelques mots: Gaucher, marié à une femme remarquable, il se demande encore comment il a réussi ce coup-là. Père d’une belle grande adolescente qui se paie régulièrement la tête de son père. Un homme de radio qui compte une trentaine d’années devant le micro après une quinzaine en tant qu’auteur-compositeur-interprète ... après des études en sciences pures et géologie. Logique quoi! Bourlingueur de l’âme, il a parcouru notre boule qui roule tant pour des reportages que pour la pure aventure. Aventure qu’il a connu dans son enfance, il est le fils d’un inventeur qui aura tout laissé à ses rêves mais qui lui aura donné le courage d’aller au bout de ses passions.

Santé, Société

Thunder Bay : crocheter une action sociale dans sa ville, un sac de plastique à la fois

Plusieurs initiatives voient le jour un peu partout sur la planète pour venir en aide aux sans-abri surtout quand se pointe le mauvais temps ou la saison froide. À Vancouver, par exemple, la ville a mis en place depuis 2014» 

Arts et spectacles, International

«Mégo» : biographie d’un homme synonyme de musique signée Frédéric Arnould

Ah musique, quand tu nous tiens. Quelle belle maîtresse que cette forme d’art. Quels moments sublimes elle nous offre quand on se donne la peine d’y mettre les efforts, le temps, qu’on y donne ténacité et foi et qu’avec un» 

Société

Une histoire de quelques mots griffonnés sur un bout de papier glissé sous un essuie-glace

Dans un papier qu’il proposait il y a quelques années, le collègue Stéphane Parent s’interrogeait sur notre réputation canadienne de gentillesse. Stéphane posait la question : « Comme Canadiens ou Québécois, méritons-nous réellement cette réputation internationale de princes de la» 

Arts et spectacles, Société

« Les sept dernières paroles », film de sept réalisateurs, en première mondiale à Rotterdam aux Pays-Bas

Ce sont des mots forts qui transcendent le temps, les mondes, les croyances et les époques. Ces mots, ce sont le pardon, le salut, la relation, l’abandon, la détresse, le triomphe et la réunion. Attribuées à Jésus alors qu’il est» 

Économie, Politique

La loterie du cannabis en Ontario : semaine cruciale

Pour tous les propriétaires de magasins où l’Homo ontarianis (bon, dit plus simplement, les Ontariens) pourra se procurer légalement ses herbes fines à fumer en toute légalité, la journée du vendredi 11 janvier 2019 est à marquer d’une pierre blanche,» 

Politique, Société

Décès de l’ex-député Myron Thompson, «personnage» de la politique canadienne

Il arrive de temps en temps qu’une personne devienne personnage par son allure, la fonction qu’elle occupe, son franc-parler et les idées qu’elle défend. Myron Thompson était tout ça. Élu lors de la vague du parti de la Réforme –» 

Société

Une tradition de vingt ans à Sackville au Nouveau-Brunswick « éteinte » par la plainte d’un citoyen

Sackville Nouveau-Brunswick, tout près de la frontière – oh combien illusoire – entre cette province et celle de la Nouvelle-Écosse au Canada atlantique. Population : un peu plus de 5 000 habitants. Sackville, c’est aussi là où l’on retrouve l’Université Mount» 

Arts et spectacles, Santé

La fondation Dr Clown: apporter du soleil dans la vie de ceux qui connaissent l’orage de la maladie

Voici une histoire qui s’inscrit sans doute dans la foulée du docteur Patch Adams, ce médecin américain qui a fondé en 1971 le Gesundheit! Institute (Gesundheit est un mot allemand qui se traduit en français par santé), pour qui la» 

Économie, Société

Noël coûte moins cher qu’avant. Vraiment?

En boutade, on dit souvent qu’il y a trois sports nationaux au Canada : le hockey sur glace, parler de politique et rager contre la météo. Arrive en quatrième place et très près des trois autres la folie des achats» 

Économie, Société

Les dons de charité en baisse constantre depuis 2006 au Canada

Selon l’Iindex de la générosité des Canadiens présenté annuellement par l’Institut Fraser, nous donnons de moins en moins à des organismes qui viennent en aide aux plus démunis d’entre nous. Oh, bien sûr, des campagnes ponctuelles qui reviennent d’année en»