Vue d'un volcan au Chili. (Photo: STR/AFP/Getty Images)

Les volcans du Canada sont-ils dangereux?

Les énormes éruptions de volcans au Guatemala et à Hawaï montrent combien les catastrophes naturelles peuvent bouleverser la vie des gens. Beaucoup de Canadiens ignorent qu’une grande partie du pays se trouve le long de la fameuse ceinture de feu du Pacifique, qui comprend un certain nombre de volcans encore actifs.

Les éruptions volcaniques peuvent se produire à n’importe quel moment. Au cours des 10 000 dernières années, le territoire a vécu 49 de ces éruptions, principalement en Colombie-Britannique et au Yukon. D’ailleurs, cette province et ce territoire de l’Ouest sont toujours les régions susceptibles de présenter de l’activité volcanique.

On doit la plus récente éruption explosive du pays au mont Meager, énorme complexe volcanique situé en Colombie-Britannique. Elle a eu lieu il y a presque 2500 ans. La zone continue d’être à risque en ce qui concerne les catastrophes naturelles. C’est là que l’on a enregistré le pire glissement de terrain de toute l’histoire du Canada. En 2010, 53 millions de mètres cubes de boue s’étaient déversés sur les environs et forcé l’évacuation de 1500 personnes. Et ce n’est pas tout! En 2016, des émanations toxiques se sont échappées de ce même volcan. Cela a à nouveau inquiété les experts de la région. La zone demeure sous la surveillance des volcanologues.

Les volcans canadiens qui ont fait éruption depuis 1,8 million d’années. (Photo: Ressources naturelles Canada

Même si les probabilités existent, les chances qu’un volcan rentre en éruption au Canada sont faibles. Mais paradoxalement, le volcan potentiellement actif susceptible d’être le plus nocif pour les Canadiens se trouve aux États-Unis dans l’État de Washington. Situé à deux pas de notre frontière, le mont Baker culmine à 3285 mètres d’altitude et peut constituer un danger pour les populations environnantes. La ville de Vancouver n’est située qu’à 100 kilomètres de distance.

En cas d’éruption, la chute des cendres pourrait s’avérer très dangereuse. Les vents dominants emporteraient les cendres vers les espaces urbains. Leurs retombées pourraient alors provoquer des troubles respiratoires.

(Avec Ressources naturelles Canada et CBC)

Lire aussi:

La foudre tue 10 Canadiens par an

Un doctorant de l’Université Dalhousie met au point la WhaleMap pour détecter les baleines noires en détresse

L’AVC fait plus de ravages chez les femmes que chez les hommes

Catégories : Environnement
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.